Le Service de police de Repentigny et le CISSS de Lanaudière s’unissent...

Pour venir en aide aux personnes vulnérables

Photo officielle marquant la signature de cette entente de collaboration entre le Service de police de Repentigny et le Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSS). Dans l’ordre habituel et à gauche : André Corbeil, policier sociocommunautaire, Patrick Gaudreault, inspecteur-chef, Pierre Fortier, directeur Service des loisirs, des sports et de la vie communautaire, Josée Mailhot, conseillère municipale, Bruno Marier, sergent, Raymond Hénault, conseiller municipal, Benoit Lefrançois, directeur des programmes santé mentale et dépendances au CISSS et Helen Dion, directeur du Service de police. À droite : Sylvain Crevier, maire suppléant de Charlemagne, Éric Gauthier (CISSS), Daniel Archibald, directeur adjoint Servicde de police, Véronique Moreau, chef de division Vie communautaire et Éric Vallée (CISSS).

Joliette, le 11 décembre 2017 – Une entente de collaboration a été signée aujourd’hui entre le Service de police de la Ville de Repentigny (SPVR) et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière dans le but de porter assistance aux personnes vulnérables et isolées.

Cette entente est l’aboutissement d’un projet pilote démarré en octobre 2016, qui a permis à ce jour de venir en aide à plus de 70 personnes dans le besoin.

Dans le cadre de ce service novateur, un travailleur social du CISSS de Lanaudière accompagne le policer sociocommunautaire du SPVR dans ses rencontres à domicile auprès de divers citoyens vulnérables de Repentigny et de Charlemagne, territoire de desserte du Service de police de Repentigny.

Ce type d’intervention vise à aller au-devant des citoyens qui ne demandent pas d’aide, mais qui en ont besoin. Il s’agit généralement d’une clientèle socialement isolée, âgée ou éprouvant un problème de santé mentale.

« Cette façon de faire nous permet d’être proactifs, d’accélérer et de faciliter les démarches associées aux problématiques soulevées, que ce soit pour des cas de santé mentale, d’isolement, ou des cas reliés à la sécurité de la personne », mentionne le directeur du Service de police de Repentigny, Mme Helen Dion.

Entre deux et trois visites sont effectuées chaque semaine. Au cours des rencontres, le travailleur social discute avec la personne pour évaluer sa situation et ses besoins, puis la réfère aux services requis, offerts par le CISSS ou un organisme communautaire de la région. La personne est ainsi prise en charge de façon immédiate.

Depuis le début du projet, les personnes visitées ont principalement été dirigées vers les services du CISSS en soutien à domicile, en santé mentale ainsi qu’en déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique.

Ce travail de collaboration permet au policier sociocommunautaire de réduire la fréquence des visites à une même adresse et par le fait même d’augmenter le nombre de personnes desservies dans une année.

« Cette entente est des plus positives tant pour la clientèle que pour le partenariat créé avec les policiers de Repentigny et ses résultats sont déjà très encourageants », souligne M. Benoit Lefrançois, directeur des programmes santé mentale et dépendance au CISSS de Lanaudière.

« Quelle belle initiative. Un grand merci au CISSS de Lanaudière. À nouveau Repentigny se démarque. Cette entente de collaboration est véritablement porteuse d’avenir pour nos collectivités », ajoute la mairesse de Repentigny, Mme Chantal Deschamps.