Background Image
Previous Page  5 / 8 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 8 Next Page
Page Background

Regard sur notre

BUDGET

Volume 14 • Numéro 9 Décembre 2016

ville.repentigny.qc.ca

Page 5

Grands projets 2017

Au cours des trois prochaines années, la Ville de Repentigny

déploiera un vaste programme d’investissements en matière

d’infrastructures totalisant 50 M$. En 2017, ce sont 18,1 M$ qui

seront investis sur le territoire dans le cadre de ce programme.

Poursuivre la mise à niveau des trottoirs, des rues et des pistes

cyclables, ainsi que le resurfaçage de notre réseau routier.

Procéder à des travaux de réfection sur plusieurs rues locales.

Remplacer certaines conduites d’aqueduc et d’égout ainsi qu’ef-

fectuer des travaux dans le cadre du Programme de la taxe sur

l’essence et de la contribution du Québec (TECQ), sur les artères

suivantes : rue Napoléon-Provost, rue Sainte-Jeanne-d’Arc, rue

Stanislas-Coiteux, rue Bédard, rue Robert, montée Lebeau et

chemin Mazuret.

Procéder à la réfection d’un tronçon de la rue Notre-Dame défini

dans le cadre du programme de remise à niveau de cette artère.

Réaliser la phase 2 des travaux d’aménagement du parc Thifault

par le prolongement des allées des Artistes et de la Création.

Poursuivre les travaux identifiés au Plan directeur des parcs et

espaces verts, soit :

l’ajout de jeux d’eau et de modules de jeux au parc

Maurice-Richard ;

l’ajout de modules de jeux au parc Deschamps ;

le réaménagement d’une partie du parc Larochelle ;

le remplacement de mobiliers urbains et de plateaux sportifs

dans divers parcs ;

l’amorce du programme de rénovation des chalets de parc.

Amorcer la mise en œuvre du concept de Ville intelligente par

l’implantation d’une communauté virtuelle et l’ouverture du

Médialab à l’intérieur des locaux de la bibliothèque Robert-

Lussier.

Procéder au lancement du service 211 et mettre en place un

carrefour informationnel et social.

Poursuivre la planification du projet pilote pour construire un

mur antibruit en bordure de l’autoroute 40, en collaboration

avec le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de

l’Électrification des transports (MTQ).

Poursuivre les démarches pour l’élargissement du pont Rivest

auprès du MTQ.

Planifier et amorcer, en collaboration avec le MTQ, les travaux de

réfection du pont d’étagement Brien.

Poursuivre la mise à niveau des stations de purification de l’eau

et de traitement des eaux usées, et ce, par le biais de l’enveloppe

d’aide financière consentie pour 2014-2018 en vertu de la TECQ.

Procéder à la réfection du barrage de la rivière L’Assomption.

Développer la fonction industrielle du secteur situé au nord de la

rue Bourque.

En collaboration avec CIENOV, amorcer la mise en place de

pôles d’innovation en technologie expérientielle et en commerce

intelligent ainsi que sur le développement de bioproduits.

En collaboration avec le Centre régional universitaire de

Lanaudière, mettre en place une desserte universitaire.

Développement durable en milieu municipal

Quand chaque geste compte

Qui ne connait pas l’expression « faire du

neuf avec du vieux ». C’est ce que Repentigny

a fait en redonnant vie à des lampadaires du

boulevard Iberville qui, en raison de leur âge,

avaient atteint un niveau de dégradation élevé.

En fait, tous les lampadaires du boulevard

Iberville situés entre les rues de l’Église et

D’Argenson ont été retirés et acheminés vers

un atelier de peinture où ils ont été peints

par procédé électrostatique (lavage, sablage

au jet de sable, peinture électrostatique et

cuisson au four). Un élément décoratif a

aussi été ajouté et les luminaires existants

ont été changés pour des luminaires à

diodes électroluminescentes (DEL), dont la

durée de vie est beaucoup plus longue.

« C’est cela faire dans le développement

durable. Chaque geste compte, même les plus

petits. Nous aussi, en tant que Ville, avons

le devoir de faire notre part en contribuant

à la protection de notre environnement »,

déclare M. Normand Urbain, conseiller

municipal et président de la commission

Environnement et développement durable.

L’option retenue permet de conserver les fûts,

ce qui réduit de façon très importante les

coûts, lorsque comparés au remplacement

complet de la structure. Qui plus est,

Repentigny a choisi un éclairage à 3000 k

pour réduire la consommation d’électricité,

réduire la pollution lumineuse et diminuer

l’éclat de la lumière blanche. L’éclairage est maintenant concentré

uniquement sur la rue, moins sur les terrains des citoyens.

Des économies d’échelle

Depuis quelques années, Repentigny fait de même avec ses

feux de circulation en les dotant de lumières au DEL, plus

économiques et plus durables.

Les achats regroupés entre municipalités représentent une autre

façon d’obtenir des économies d’échelle et de réduire les coûts

d’achat. Repentigny le fait notamment pour le sel de déglaçage

qu’elle utilise en période hivernale et pour les pneus dont sont

dotés ses véhicules.

Cette façon de faire s’applique aussi à l’achat de véhicules

municipaux.

Lorsqu’il

est

possible de le faire, la Ville opte

pour des plus petits véhicules,

plus économiques et moins

énergivores au chapitre de la

consommation de carburant.

Désireuse d’aller plus loin et

soucieuse de souscrire à la

réduction des gaz à effet de

serre, Repentigny lorgnera du

côté des véhicules hybrides et

électriques à compter de 2017.

« Ces sommes que nous

dégageons et ces économies

d’échelle sont des montants que

nous pouvons réinvestir dans

des projets structurants qui

bénéficient à l’ensemble de nos

citoyennes et de nos citoyens »,

renchérit M. Urbain.

Vers une ville de plus en

plus verte

Au-delà de ses rues et des équi-

pements, Repentigny intervient

à plus grande échelle sur l’en-

semble de son territoire, autant

dans ses installations qu’à travers ses activités municipales et

ses actions vouées à sensibiliser les citoyennes et les citoyens à

l’importance d’une gestion responsable pour un milieu de vie

durable.

Par exemple, pour une deuxième année consécutive, l’équipe

environnementale a réalisé des tests au colorant pour détecter

des raccordements inversés. Juste en 2016, près de 2 800

résidences ont été visitées.

La station de traitement des eaux usées (STEU), située sur l’Île-

Lebel, est un autre bel exemple de valorisation environnementale.

Elle est l’une des rares installations au Québec à mettre en valeur

100 % des biosolides qu’elle produit. La STEU produit aussi son

propre biogaz qu’elle utilise pour chauffer les lieux.

Grâce au partenariat développé avec l’Association pour le recyclage

des produits électroniques du Québec, l’écoparc de Repentigny est

un autre site où s’expriment tangiblement les efforts consacrés en

la matière. À ce jour, plus de 14 728 kg de produits électroniques

ont ainsi été détournés du site d’enfouissement

La plantation d’arbres, les conférences sur les pelouses

écologiques, la sensibilisation de nos citoyens à l’herbirecyclage

et au feuillirecyclage, des alternatives écologiques à l’arrosage

des pelouses et à l’utilisation d’engrais chimiques, sont autant

de petits gestes qui comptent et qui font de Repentigny un leader

régional en pareille matière.

Même le Gala reconnaissance des bénévoles est passé cette

année en mode écoresponsable. Une certification du Bureau de

normalisation du Québec qui, une fois encore, place Repentigny

à l’avant-plan dans le milieu municipal.

Un objectif de communauté

Adoptée le 22 avril dernier à l’occasion du Jour de la Terre, la

seconde mouture de la Politique environnementale de la Ville

de Repentigny s’oriente autour de sept grandes thématiques,

soit activités municipales, air et changements climatiques, eau,

énergies renouvelables, matières résiduelles, nuisances et bruits,

ainsi que sols et biodiversité.

« Et vous savez quoi? Ce sont nos citoyennes et nos citoyens qui

ont établi les priorités. Pas moins de 600 d’entre eux se sont

prononcés sur leur vision d’une gestion responsable pour un

milieu de vie durable dans le cadre d’une consultation publique

tenue au printemps 2016. Il n’y a pas à dire, chez nous, c’est un

objectif de communauté », ajoute M. Urbain.

Les lampadaires « actualisés » du boul. Iberville.