Background Image
Previous Page  2 / 8 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 2 / 8 Next Page
Page Background

Mot de la

MAIRESSE

Centre d’art Diane-Dufresne

C’est en présence de l’artiste, de son conjoint Richard

Langevin ainsi que de nombreuses personnalités que

se sont déroulés la cérémonie d’inauguration du Centre

d’art Diane-Dufresne et le vernissage de l’exposition

DDXL.

Derrière ces festivités, il y a beaucoup d’efforts et de

volonté pour présenter aux Repentignoises et aux

Repentignois la réalisation d’une partie importante de

l’Espace culturel de Repentigny.

Je vous invite en grand nombre à visiter cette exposition

et vous approprier ce nouvel équipement culturel qui

saura vous éblouir tant par la qualité de ses lieux que

par l’excellence des œuvres qui y seront présentées

jusqu’au 21 février 2016.

C’est un rendez-vous!

Deuxième anniversaire de l’élection de

l’Équipe Deschamps

Il y a un peu plus de deux ans, mon équipe et moi étions

réélus. Nos engagements étaient clairs : administrer la

Ville de Repentigny avec une très grande rigueur, tout

en assurant la réalisation de projets bien planifiés. Nous

nous sommes engagés à offrir aux citoyens de notre

ville une qualité de service avec une taxation des plus

compétitives.

Que ce soit la réalisation du Centre d’art Diane-

Dufresne, l’aménagement du parc-plage Saint-Laurent

ou la construction de nouvelles infrastructures au parc

Maurice-Richard, sans compter les dizaines de projets

réalisés dans chacun de nos quartiers, ces ouvrages

rendent les citoyens de notre ville de plus en plus fiers

d’être Repentignoises et Repentignois.

Processus budgétaire

L’adoption des prévisions budgétaires, en décembre de

chaque année, est le résultat d’un rigoureux processus

qui s’étale sur plusieurs mois.

À partir du plan stratégique quinquennal, il nous faut

d’abord établir et cibler les actions prioritaires. Par la

suite, à travers les commissions et les comités, vient

l’étape de la planification où les grandes orientations

se précisent.

Suivent l’analyse des recommandations, les rencontres

de mi-année et le travail du comité de suivi des

dépenses et de la saine gestion qui, de concert avec

l’administration et nos services financiers, oeuvrent à

la préparation des prévisions budgétaires.

Dans quelques semaines, vous constaterez l’importance

du travail accompli au sein de ces comités névralgiques

dont l’objectif premier est de vous livrer des prévisions

budgétaires fiables et responsables, à la hauteur de nos

ambitions.

La mairesse

Chantal Deschamps, Ph. D.

Sans entrer dans les détails, je peux toutefois vous indiquer nos

priorités.

Poursuivre la mise à niveau des trottoirs, des rues et des pistes

cyclables, ainsi que le resurfaçage du réseau routier.

Procéder à des travaux de réfection sur les rues Gracia, Saint-

Étienne, Belleville, place El Mirador, tous financés par le PIQM et

le FCCQ.

Réaliser la voie réservée sur une partie de la rue Notre-Dame

entre le boulevard Iberville et la rue Notre-Dame-des-Champs.

Réaliser des projets identifiés au plan directeur des parcs et

espaces verts, notamment :

ƒ

ƒ

la phase 4 du parc Maurice-Richard ;

ƒ

ƒ

le réaménagement et l’installation de modules de jeux au

parc Deschamps ;

ƒ

ƒ

le terrain de baseball et le tableau indicateur au parc Rivest ;

ƒ

ƒ

la réfection des terrains de tennis aux parcs Larochelle,

Rivest et Champigny ;

ƒ

ƒ

la mise à niveau des terrains de basketball aux parcs des

Moissons et de la Tourterelle ;

ƒ

ƒ

le remplacement du mobilier urbain dans divers parcs ;

ƒ

ƒ

l’installation de modules de jeux au parc Lucien-Gauthier ;

ƒ

ƒ

l’aménagement d’un sentier aux parcs Larochelle et Jean-

Claude-Crevier ;

ƒ

ƒ

et l’aménagement du parc des Premières-Nations en tenant

compte du potentiel nature par la conservation du boisé, en

plus d’appareils exerciseurs pour les adultes et les aînés.

Poursuivre la planification du projet pilote pour construire un mur

antibruit au sud de l’autoroute 40, en collaboration avec le MTQ.

Poursuivre les démarches pour l’élargissement du pont Rivest

auprès du MTQ.

Planifier et amorcer, en collaboration avec le MTQ, les travaux de

réfection du pont d’étagement Brien au-dessus de l’autoroute 40.

Poursuivre la mise à niveau de la station de purification de l’eau

par l’ajout d’une réserve d’eau potable, grâce à l’enveloppe d’aide

financière consentie pour 2014-2019 en vertu du Programme de

la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec.

Développer la fonction industrielle du secteur situé au nord de la

rue Bourque.

Orientations du budget 2016

À pareille date l’an dernier, nous encaissions le coup du pacte

fiscal transitoire privant la Ville de Repentigny et sa population

d’environ 2 millions $ en 2015. Les coupes gouvernementales en

2013 et en 2014 ont atteint 4,2 millions $ pour Repentigny.

Face à ces défis, nous nous sommes rapidement attelés à mettre

en place des mécanismes permettant de protéger notre excellente

santé financière de même que la capacité de payer des citoyennes

et des citoyens.

De fait, tout ce qui nous mène à l’adoption des prévisions

budgétaires en décembre est le résultat de ce que l’on appelle le

Processus budgétaire de la Ville de Repentigny. Née du besoin

de traduire les objectifs stratégiques de la Ville en objectifs

tactiques et opérationnels, cette grande vision s’articule autour de

quatre cadres qui répondent à la question suivante : « Comment

prépare-t-on les prévisions budgétaires à Repentigny ? » Voici le

processus, cadre après cadre :

Le premier, c’est le cadre stratégique de la Ville, c’est-à-dire ce

plan stratégique quinquennal à partir duquel est proposé un plan

annuel des actions prioritaires.

Le second consiste au cadre de planification qui se déploie à

travers les commissions et les comités de la Ville. C’est là que

les projets et les priorités se précisent, que les plans d’action

s’élaborent et que les recommandations sont acheminées à la

Commission administrative.

Le troisième cadre, celui de la coordination, est d’abord

constitué de cette Commission administrative, qui analyse et

coordonne l’ensemble des recommandations, en plus d’établir

les priorités par rapport aux orientations et aux objectifs des

différentes commissions. La rencontre annuelle de mi-année

permet ensuite à l’équipe administrative et au personnel

administratif de faire le point.

Une fois que l’aval est donné quant aux orientations et aux

priorités, entre en jeu le cadre de contrôle, où l’on retrouve

le comité de suivi des dépenses et de la saine gestion, mis en

place lors de la présentation du budget 2015, au sein duquel

MM. Éric Chartré et Normand Venne ont été désignés. Ce

comité a pour responsabilité d’évaluer les meilleures pratiques,

d’analyser les processus de contrôle et d’examiner chacun des

postes budgétaires dans une perspective d’optimisation des

investissements.

Le quatrième cadre comprend également le bureau de direction,

où chacune des directions rend compte de ses activités, les

commissions administratives permanentes, ainsi que le comité

de budget, où siègent Mme Denyse Peltier et MM. Éric Chartré

et Normand Venne. Assistés de membres de l’administration, ils

ont pour mission de revoir, service par service, tous les postes

de dépenses sous l’angle des besoins et de la pertinence. Vous

pourrez constater, dans quelques semaines, l’importance du

travail accompli au sein de ces deux comités névralgiques que

sont le comité de suivi des dépenses et de la saine gestion et le

comité de budget.

L’adoption des prévisions budgétaires n’est donc pas le résultat

fortuit de conjectures. C’est plutôt l’aboutissement d’un processus

très rigoureux qui respecte les façons de faire les plus efficaces

et les plus novatrices en matière d’administration publique.

C’est surtout une démarche visionnaire au centre de laquelle se

retrouvent prioritairement les citoyennes et les citoyens.

Puisqu’il est question dans cette section de mon rapport

des orientations budgétaires, je ne puis passer sous silence

la conclusion du nouveau pacte fiscal que j’ai accueilli avec

satisfaction en septembre dernier.

Cette entente, qui sécurisera les finances municipales pour les

quatre prochaines années, est le fruit de demandes historiques

du monde municipal. Pour les villes, ce partenariat avec le

gouvernement du Québec signifie une avancée importante vers les

gouvernements de proximité, une coopération solide qui apportera

aux villes des outils significatifs pour les faire progresser à leur

manière et selon leurs spécificités. Chacune des municipalités

est unique et nous devons être en mesure de nous adapter aux

besoins distinctifs de notre population.

Autre élément fort important de cette entente : la simplification

de la reddition de compte et des allègements réglementaires,

communément appelé « le Rapport Perreault » qui a été

récemment dévoilé par le ministre des Affaires municipales et

de l’Occupation du territoire, M. Pierre Moreau, nous permettra

en outre de faire des économies de temps et de ressources qui

pourront être réaffectées directement aux services aux citoyens,

plutôt qu’à compléter des procédures de reddition de compte.

Le nouveau Pacte fiscal favorise également des mesures qui

contribueront à une plus grande autonomie du monde municipal.

En effet, je vous rappelle que le gouvernement examinera, en

consultation avec les intervenants du milieu municipal, certains

éléments du processus de négociation collective, d’arbitrage

de différends pour les policiers et les pompiers et du champ

d’application de la Loi sur les relations du travail et la formation

professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie

de la construction.

Cette entente historique, dois-je préciser, vient baliser davantage

un gouvernement du Québec qui travaille en partenariat avec les

gouvernements municipaux, assumant chacun leurs compétences

distinctes. Les deux ordres de gouvernement pourront désormais

être imputables de leurs responsabilités devant les citoyens.

Si j’ai salué ce nouveau pacte fiscal, c’est aussi avec impatience

que j’attends, comme l’ensemble de mes collègues métropolitains,

le dépôt du projet de loi du ministre des Transports, M. Robert

Poëti, relativement à la gouvernance métropolitaine en matière de

transport collectif.

Avecmon confrère de laMRC LesMoulins, M. Jean-Marc Robitaille,

j’ai exprimé le souhait que le ministre propose une structure

incluant une interface de proximité flexible, qui favoriserait le

maintien d’une qualité de services pouvant répondre rapidement

aux besoins de la clientèle, comme le font déjà nos organismes de

transport.

Nous avons en outre particulièrement hâte de connaître les coûts

réels de cette nouvelle réforme en transport métropolitain, en

souhaitant que le projet de loi ne soit pas accompagné d’un effort

de financement supplémentaire de la part des municipalités ou

des usagers.

Quoi qu’il en soit, c’est un budget équilibré et qui s’assurera de

maintenir le compte de taxes repentignois à un niveau compétitif

qui sera adopté par ce conseil en décembre prochain.

TRAITEMENT DES ÉLUS MUNICIPAUX

Année 2015

En vertu du règlement numéro 4 et ses amendements

Rémunération annuelle de base :

Maire........................................................... 91 232 $/année

Conseiller. ................................................... 19 170 $/année

Rémunération additionnelle :

Membre de la commission administrative.... 11 342 $/année

Maire suppléant.................................................. 567 $/mois

Allocation de dépenses versée à un élu :

Les membres du conseil reçoivent une allocation de dépenses

égale à 50 % de leur rémunération, jusqu’à concurrence d’un

maximum légal de 15 976 $ en 2015.

Page 2

ville.repentigny.qc.ca

Volume 13 • Numéro 8 Novembre 2015