Background Image
Previous Page  2 / 8 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 2 / 8 Next Page
Page Background

Mot de la

MAIRESSE

Regard sur nos

FINANCES

Situation financière :

Repentigny va de l’avant !

Chères Repentignoises,

Chers Repentignois,

Le 1

er

novembre dernier, la Ville de Repentigny a présenté,

pour une dernière fois, son rapport sur sa situation finan-

cière. L’obligation de produire ce rapport ne sera plus de

mise, eu égard aux changements importants que le gou-

vernement souhaite dans le milieu municipal. Toutefois, je

tiens à vous rassurer ; la Ville continuera à présenter de fa-

çon transparente le portrait de ses finances publiques par le

biais de ses nombreux canaux de diffusion.

Fidèle à son habitude, notre administration a dressé avec

sérieux et rigueur son profil financier. Le constat est révé-

lateur : la Ville de Repentigny est en excellente santé finan-

cière. Celle-ci se traduit essentiellement par le dégagement

d’un surplus budgétaire anticipé de 3,5 millions $, qui servi-

ra à réinvestir dans nos infrastructures publiques ainsi que

dans les services de proximité. Et comme nous le faisons

depuis 2012, 25 % de l’excédent sera destiné au rembourse-

ment de la dette. Déjà, en l’espace d’un an, nous avons réduit

notre endettement de plus de 5 millions $.

Bien que cette mise au point budgétaire ait généré d’excel-

lents résultats, elle nous a également permis d’entrevoir avec

optimisme la prochaine année fiscale. Dans cet esprit, je

souhaite réitérer mon engagement à placer vos intérêts au

cœur de notre administration !

Habitat III : rôle accru des grandes métropoles

dans le monde

Réunissant plus de 200 pays, la conférence des Nations Unies

sur Habitat III à Quito a su mettre en relief les grands enjeux

relatifs au phénomène de l’urbanisation. Selon des données

onusiennes, 80 % de la population mondiale vivra dans les

grands centres et métropoles d’ici la fin de ce présent siècle !

À cet égard, j’ai eu le privilège de présenter, avec mes collè-

gues de la Communauté métropolitaine de Montréal, un ate-

lier portant sur le rôle des aires métropolitaines qui contri-

bueront à l’atteinte des objectifs d’un Nouvel Agenda urbain.

Confrontée elle aussi à ces nouveaux défis, il demeure essen-

tiel que Repentigny puisse poursuivre sa réflexion avec ses

homologues internationaux, et ce, en matière de logements,

d’environnement, de transports et d’infrastructures.

Prix Jean-Paul-L’Allier

C’est avec fierté que j’ai reçu le 8 novembre dernier, le Prix

Jean-Paul-L’Allier décerné par l’Ordre des urbanistes du

Québec. Étant la première femme à récolter cet honneur, il

s’agit pour moi d’un témoignage éloquent des efforts consa-

crés à déployer une vision de gouvernance municipale in-

novante pour notre Ville. Celle-ci s’est d’ailleurs concrétisée

avec la revitalisation de notre centre-ville, notamment l’Es-

pace culturel qui façonne actuellement le paysage repenti-

gnois en plus de consolider un sentiment d’appartenance à

la qualité de vie urbaine de notre communauté.

De toute évidence, cette distinction reflète l’appréciation du

travail accompli par notre administration, fortement impli-

quée à donner vie à des projets rassembleurs, mais surtout

bénéfiques à l’égard de nos citoyennes et nos citoyens. À Re-

pentigny, nous pouvons être fiers de pouvoir compter sur des

ressources fiables, dévouées et inspirantes qui ont grande-

ment contribué à l’essor de notre Ville et c’est dans cet esprit

que j’ai accepté ce prix.

La mairesse

Chantal Deschamps, Ph. D.

Travaux de bouclage du réseau cyclable sur la rue Basile-Routhier

entre les rues Brassens et Berthier, de même que sur une partie du

boul. Industriel, de la rue Notre-Dame, de la rue Thouin et du boul.

Iberville.

Aménagement d’une voie réservée aux autobus sur une partie de la

rue Notre-Dame entre le boul. Iberville et la rue Notre-Dame-des-

Champs en direction de Montréal.

Aménagement d’une passerelle sur le pont d’étagement Brien au-des-

sus de l’autoroute 40.

Continuité de la mise aux normes aux stations de purification de

l’eau et de traitement des eaux usées, de même qu’aux étangs aérés.

Construction d’une réserve d’eau potable et réalisation d’une étude

pour la réfection du barrage.

Le conseil a donc consenti des travaux totalisant 23218900 $, auquel

montant il faut soustraire 7410000 $ en subventions gouvernemen-

tales, pour un coût net de 15808900 $.

Indications préliminaires des prochains états

financiers consolidés 2016

La trésorière de la Ville de Repentigny, Mme Diane Pelchat, a produit

un état comparatif des revenus et des dépenses en date du 30 sep-

tembre 2016.

Ce document montre que la Ville conclura l’exercice 2016 par un ex-

cédent avoisinant 3,5 millions $.

Comme je l’ai mentionné un peu plus tôt, l’excédent ainsi dégagé per-

mettra de constituer des réserves et de verser, comme nous le faisons

depuis 2012, 25 % au remboursement anticipé de la dette en capital.

À ce jour, notre administration a versé non moins de 4876561 $ pour

accélérer le remboursement de la dette.

Programme d’investissements 2017, 2018 et 2019

En septembre dernier, j’ai présenté, en compagnie de M. David Legault,

directeur général de la Ville de Repentigny, un vaste programme d’in-

vestissements de 50 M$ en matière d’infrastructures. La prochaine dé-

cennie sera tout aussi concluante au chapitre des projets structurants

visant le maintien et la revitalisation de notre réseau routier.

Dans ce vaste programme, j’ai notamment annoncé la réfection de la

rue Notre-Dame et des principales artères du territoire, projets pour

lesquels des subventions gouvernementales sont attendues.

Par ailleurs, nous comptons utiliser le montant qui nous est dévolu en

vertu du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du

Québec (TECQ) pour financer certains grands chantiers.

Voici les principaux projets retenus par notre administration :

Continuer la mise à niveau des trottoirs, des rues et des pistes cy-

clables, ainsi que le resurfaçage de notre réseau routier.

Réfection de plusieurs rues locales, dans le cadre de notre enveloppe

de la TECQ.

Remplacement de conduites d’aqueduc et d’égout, remplacement de

lampadaires, ainsi que la réfection de stations de pompage.

Poursuite des travaux identifiés au Plan directeur des parcs et

espaces verts dont entre autres l’installation de modules de jeux, de

terrains de tennis et d’aménagement importants dans divers parcs.

Réalisation d’un projet-pilote pour construire un mur antibruit en

bordure de l’autoroute 40, en collaboration avec le MTQ.

Poursuivre les démarches pour l’élargissement du pont Rivest auprès

du gouvernement du Québec.

Planifier, en collaboration avec le MTQ, les travaux de réfection du

pont d’étagement Brien.

Terminer la mise à niveau de la station de purification de l’eau par la

mise aux normes des réserves et des traitements des eaux usées, et

ce, par le biais de l’enveloppe d’aide financière qui nous a été consen-

tie pour 2014-2018 en vertu de la TECQ.

Orientations du budget 2017

Au moment où les membres de notre administration, assistés de la di-

rection générale et des directions des services, entrent dans la phase

finale de la préparation du budget 2017, je peux vous assurer que tous

nos efforts se déploient encore sous l’angle de la rigueur.

Notre objectif demeure l’adoption d’un budget équilibré, qui va assu-

rément maintenir le compte de taxes moyen à un niveau compétitif.

Notre plus grand défi réside dans cette capacité à réaliser notre

ambitieux programme d’infrastructures, dont je viens de vous en-

tretenir, tout en poursuivant la réduction constante de l’endette-

ment net à long terme.

Parce que nous planifions de manière fiable et responsable, je ne

doute pas un seul instant que nous réussirons parce que nous assu-

rons aussi des suivis très serrés et obtenons l’aide financière gouver-

nementale permettant de réduire les coûts pour la population.

Outre ces investissements majeurs et capitaux, le virage vers la Ville

intelligente va s’accélérer. En effet, vous vous rappellerez que j’ai pré-

senté l’architecture de notre vision en cette matière plutôt en avril

dernier, devant les gens d’affaires de notre région.

Cette Ville intelligente se déploiera par un mode de gouvernance

transparent dans lequel les Repentignoises et Repentignois seront

associés dans l’élaboration de services et d’applications propices au

rayonnement de leur Ville.

En ayant recours aux nouvelles technologies, nous formerons une

communauté Web afin d’engager une conversation permanente, per-

tinente et constructive. Une masse critique de citoyens sera constituée

virtuellement, puis invitée à se prononcer, dès 2017, sur une multi-

tude de sujets, dossiers et préoccupations dans ce qui sera appelé une

communauté d’échange. La technologie et le citoyen seront désormais

indissociables dans nos démarches d’acceptabilité sociale et de trans-

parence sur laquelle s’est bâtie Repentigny. Le budget 2017 posera les

premiers jalons de cette innovation marquante dans le monde muni-

cipal au Québec, rien de moins !

Je suis récemment rentrée de Quito en Équateur, où s’est tenue la

Conférence des Nations Unies portant sur le nouvel agenda urbain qui

fixe les priorités en matière de logement et de développement urbain

durable (Habitat III) pour les 20 prochaines années. À titre de délé-

guée de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), j’ai été

particulièrement impressionnée par la qualité des échanges dans le

cadre de ce grand rendez-vous mondial qui s’intéressait aux boule-

versements démographiques, à l’urbanisation et à son impact sur nos

communautés. J’ai eu l’honneur de présenter, avec des collègues de la

CMM, un atelier intitulé Les innovations en matière de collaboration

multiniveaux, et d’y rencontrer mes homologues de la communauté

métropolitaine de Quito.

L’urbanisation est un phénomène actuel qui concerne également notre

Ville. Dans l’intérêt de nos citoyens, il est donc essentiel de profiter

d’un événement de cette envergure afin de voir ce qui se fait ailleurs et

de transposer les meilleures pratiques à notre échelle repentignoise.

Cela fait partie de la réflexion budgétaire en cours.

Je vous amène maintenant sur le terrain de l’autonomie municipale.

J’en ai parlé en introduction pour expliquer l’allègement salutaire de

notre fardeau administratif. Je réitère mon impatience de voir ces

mesures et celles du nouveau Pacte fiscal être mises en œuvre l’an

prochain ; j’ai confiance que le ministre Coiteux remportera son pari

et que son projet de loi, qui sera déposé sous peu, sera adopté d’ici

l’ajournement de la session à Québec. Ce sont des gestes législatifs qui

auront également une incidence sur le prochain budget.

La nouvelle gouvernance en matière de transport dans la région mé-

tropolitaine de Montréal est un autre élément dont il faudra tenir

compte sur le plan budgétaire. La disparition du RTCR, découlant de

l’entrée en vigueur des nouvelles structures le 1

er

juin 2017, nous amè-

nera à gérer la transition, entre autres en menant à terme les projets

déjà entrepris. Le RTCR versera à cet égard des sommes résiduelles

aux municipalités concernées.

Si nous pouvons envisager un budget qui respectera ses cibles, c’est

en bonne partie en raison de la planification et du suivi constant que

nous réalisons en cours d’année. Si la révision des sources de revenus

à travers le Pacte fiscal s’avérait essentielle, l’optimisation de nos fa-

çons de faire en matière de dépenses et d’investissements s’imposait

tout autant. On constate à quel point le Comité permanent de révision

des dépenses et de saine gestion s’avère une composante détermi-

nante, pour ne pas dire vitale, de notre processus budgétaire. Moins

de deux ans après sa création en décembre 2014, ce comité a formulé

des recommandations qui se traduisent par des économies annuelles

de près de 800000 $, tout en assurant l’amélioration continue des

services à la population. Je salue d’ailleurs le travail de messieurs

Normand Venne et Éric Chartré au sein du comité.

Je profite également de cette tribune pour réitérer l’engagement de

notre administration à poursuivre les efforts financiers nécessaires

pour assurer l’essor ainsi que le rayonnement économique de notre

Ville. De toute évidence, la Ville de Repentigny joue un rôle majeur

dans le développement économique de la MRC de L’Assomption. Dans

cet esprit, la Ville continuera de collaborer étroitement avec CIENOV,

le véhicule économique par excellence qui pilote actuellement la stra-

tégie de relance dans notre région. À cet égard, notre administration

appuie les démarches de CIENOV qui lancera sous peu, plusieurs pro-

jets porteurs pour les gens d’ici et qui se basent essentiellement sur

la création de nouveaux pôles susceptibles de générer de la richesse

ainsi que des emplois de bonne qualité. D’ailleurs, la création d’un

Quadrilatère numérique à la Ville de Repentigny s’inscrit parfaitement

dans notre vision à vouloir utiliser les nouvelles technologies au profit

de notre communauté d’affaires. Je vous invite à être attentifs au cours

des prochaines semaines puisqu’il y aura des annonces à cet égard.

En conclusion, on peut l’affirmer haut et fort : Repentigny est en excel-

lente santé financière. Tous les indices que j’ai décrits dans ce rapport

en sont la démonstration la plus éloquente. Et tout indique que la ten-

dance ira en s’améliorant au cours de la prochaine année.

Mais ce qui est fondamental dans ce lot de bonnes nouvelles et de

perspectives encourageantes, c’est que les principaux bénéficiaires,

ce sont les Repentignoises et les Repentignois qui peuvent compter

sur une administration sensible à leurs besoins et à leurs attentes, qui

investit avec vision : une administration fiable et responsable.

TRAITEMENT DES ÉLUS MUNICIPAUX - 2016

Rémunération annuelle de base :

Maire .....................................................................92 491 $/année

Conseiller.............................................................. 19 435 $/année

Rémunération additionnelle :

Membre de la commission administrative ............. 11 499 $/année

Maire suppléant ...........................................................575 $/mois

Allocation de dépenses versée à un élu :

Les membres du conseil reçoivent une allocation de dépenses égale à

50 % de leur rémunération, jusqu’à concurrence d’un maximum légal de

16216 $ en 2016.

Page 2

ville.repentigny.qc.ca

Volume 14 • Numéro 8 Novembre 2016