Vous êtes ici :
Vie Animée

Critiques de consultants

Consultant



Affichage des résultats 61-80 (de 476)
 |<  <  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10  >  >| 
TitreAuteurConsultant
Condor Caryl Ferey Sylvie Beauséjour
Condor
Caryl Ferey
COTE

Disponibilité >>
Critique: Sylvie Beauséjour
Date: Août 2017
Après « Haka » et « Utu » campés en Nouvelle-Zélande, « Zulu » en Afrique du Sud, « Mapuche » en Argentine, voilà que l’auteur avec « Condor » nous amène au Chili. Caryl Férey ne déroge pas, il nous livre ici encore un thriller percutant. Il nous parle d’un pays plein de contrastes habité encore aujourd’hui par les démons du passé. Il nous parle d’une génération, qui pour survivre, a décidé qu’elle n’aurait peur de rien.

Gabriella, Indienne mapuche déchirée par ses origines, fait appel à Esteban, un avocat spécialisé dans les causes perdues, pour représenter les familles dont les jeunes ont été retrouvés morts dans le quartier malfamé de La Victoria. La drogue responsable des décès n’est que la pointe de l’iceberg.

Caryl Férey, comme à son habitude, nous donne ici à lire une histoire certes sombre, mais également un récit bien documenté sur l’histoire du Chili.
Conversation avec un enfant curieux Michel Tremblay Carole Chatelois
Conversation avec un enfant curieux
Michel Tremblay
COTE

Disponibilité >>
Critique: Carole Chatelois
Date: Avril 2017
Michel Tremblay nous offre un florilège de conversations avec son entourage dont lui seul semble détenir le secret. Ses dialogues sont de petits bijoux. Il pige dans un trésor qui semble inépuisable. Si vous avez aimé Bonbons assortis vous vous délecterai de ces souvenirs d’enfance souvent cocasses et un brin impertinents. J’ai particulièrement aimé quand il questionne sa mère sur la religion catholique, il ne comprend pas  « l’opération du St-Esprit », la Sainte Trinité et les sortes de péchés. Ni sa mère, ni son père et ni sa grand-mère n’ont pas vraiment de réponse et lui disent qu’il faut croire ces dogmes, sinon c’est un péché.

C’est un livre qui peut facilement s’adapter en pièce de théâtre, il n’y a pas de narrateur que des dialogues. Au début j’ai eu un peu de difficultés à lire de façon fluide, c’est du québécois des années 50, mais c’est rapidement disparu et supplanter par la richesse du texte.
Conversations avec un enfant curieux Michel Tremblay Johanne Laramée
Conversations avec un enfant curieux
Michel Tremblay
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Décembre 2016
Michel Tremblay reprend ici ses personnages connus du Plateau Mont-Royal et cette fois-ci il en est la vedette. On y retrouve le petit Michel qui grandit au fil des chapitres et qui a le don d’agacer son entourage avec des remises en question de son quotidien et le pourquoi du pourquoi qui n’en finit pas.

Ces tranches de vie semblent autobiographiques, ce qui ajoute à l’intérêt de ceux qui apprécient l’auteur. Seul petit bémol, j’ai eu l’impression que le joual prenait plus d’importance que dans ses parutions précédentes, ce qui met un peu de lourdeur dans la fluidité du texte. Mais cet irritant s’estompe au fil de la lecture et ne gâche en rien le plaisir. Pour ma part, j’en redemanderais encore.
Crimes au musée Richard Mignault Widad R. Cantin
Crimes au musée
Richard Mignault
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad R. Cantin
Date: Décembre 2017
18 auteures féminines transforment le lieu mythique du musée en une scène de crime où ont lieu des meurtres. Ce sont 18 courtes histoires bien écrites où les chefs d’œuvres sont témoins de scènes monstrueuses...
 
C’est un excellent roman. Du même genre il y a eu Crimes à la bibliothèque ainsi que Crimes à la librairie.
D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds Jon Kalman Stefansson Françoise Hucbourg
D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds
Jon Kalman Stefansson
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Août 2017
On parle ici de chroniques familiales, chroniques islandaises s'étalant sur trois générations. Ari a quitté son Islande natale et la ville de Keflavik pour le Danemark, vivant une sorte d'exil après une rupture douloureuse. Mais voici que son père et sa belle-mère lui envoient des messages sibyllins et plutôt inquiétants. Il revient au pays; il y sera accueilli par son ami de toujours qui est en même temps son cousin. Et on va accompagner les deux compères dans un voyage au cœur d'un pays aux paysages à la fois rudes et fantastiques, au climat rigoureux, aux nuits hivernales sans fin, une Islande appauvrie par la promulgation de quota de pêche, soumise durant de longues années à une présence américaine, un pays en apparence dominé par les hommes. Cependant, c'est surtout l'histoire de ses habitants qui va susciter la curiosité du lecteur, une histoire qui commence par celle d'Oddur et Margret, les grands-parents de nos deux amis. En fait, on vit avec les héros dans un pays rempli de poésie et de profondeur dans les relations humaines.

Le roman est plutôt difficile à lire, à cause des noms propres qui nous sont peu communs et qu'on retient parfois mal, à cause de la forme de la prose aux longues phrases et aux divisions originales, mais l'effort est largement récompensé, car c'est un livre magnifique. L'auteur sait parler de l'être humain et de ses peines et de ses joies et de ses aspirations; il décrit avec délicatesse et précision les paysages. C'est un poète doublé d'un orfèvre des cœurs...
Daisy Sisters Henning Mankell Johanne Laramée
Daisy Sisters
Henning Mankell
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Septembre 2015
L’histoire débute en 1941, en Suède, durant la guerre. Elna a 17 ans et  vit dans un milieu ouvrier modeste avec sa famille. Partie rejoindre Vivi, avec qui elle correspond depuis sa dernière année scolaire, pour une escapade de quelques jours à bicyclette, les deux amies décident de se nommer les Daisy Sisters. Violée en chemin par un militaire avec qui elle a passé une soirée, Elna revient enceinte et fait face au déshonneur après une tentative d’avortement raté.

On retrouve sa fille Eivor à 18 ans qui vit des moments difficiles lors d’une  fugue avec un jeune délinquant. Suite à des cours de couture, elle débute sa vie d’adulte et se marie tôt suite à une grossesse non planifiée. C’est sa vie à travers un divorce et deux autres enfants que l’on suit jusqu’à l’annonce de la grossesse de sa fille alors adolescente.

On ne suit que peu la relation des Daisy Sisters dans ce livre. L’accent est mis sur le rôle de mère qui influence le cours de vie des femmes d’une même famille à travers quatre générations. Le développement de l’aspect sociologique de la Suède qui couvre les années 1950 à 1990 est fort bien décrit et c’est cet aspect du roman que j’ai apprécié. Par contre, le ton de victimisation des femmes et le fatalisme qui teinte l’histoire m’a agacée. L’état de maternité qui ne semble ici qu’entrave à la liberté et à un certain degré d’indépendance est-elle une vision plus masculine de cette réalité ? À vous d’en juger.
Danger! Femmes en SPM Catherine Bourgault Brigitte Demers
Danger! Femmes en SPM
Catherine Bourgault
COTE

Disponibilité >>
Critique: Brigitte Demers
Date: Mars 2017
J'ai fait l'achat de ce livre lors du Salon du Livre de l'Outaouais en février 2017. J'ai eu la chance de faire autographier mon livre et de faire un brin de jasette avec Catherine. Je l'ai trouvé vraiment très sympathique! J'aurais aimé jaser plus longtemps avec elle mais je n'étais pas seule!! Et j'ai un aveu à vous faire: c'est ma première lecture de cette auteure!! Mais je vous rassure tout de suite: d'autres livres de Catherine viendront garnir ma bibliothèque!!
 
Que du bon temps que j'ai eu avec Marie-Elle, Claudia, Sophie et Mahée! Je n'avais même pas fini le premier chapitre que je riais toute seule. Ça promettait!! J'ai vraiment adoré cette histoire. C'est facile de se reconnaître au travers de ces filles car ce qu'elles ont vécu peut très bien arriver à n'importe quelle femme. De plus, les filles avaient l'air d'avoir tellement de fun et de bien s'entendre que j'avais le goût moi aussi de faire partie de la gang, de rire avec elles.
 
Comme j'ai mentionné au début de ma chronique, c'était le premier livre de cette auteure que je lisais et assurément pas le dernier. J'ai trop aimé sa façon de raconter. C'est drôle, divertissant, rafraîchissant. Ça se lit tellement bien....du bonheur à l'état pur! Un vrai bonbon!! Lire un livre de Catherine c'est 100% plaisir garanti!!
 
Mon coup de coeur pour les personnages va à Marie-Elle. Pauvre elle! C'est incroyable tout ce qu'elle a pu vivre en 24 heures! Elle est sortie de sa zone de confort pas à peu près. Cette fille m'a fait tellement rire! On ne peut faire autrement que de la serrer dans nos bras et de l'aimer! Mais attendez!! Je ne vous ai pas parlé de Simon!! Le beau Simon Larrivée!! Qu'il a l'air viril ce gars!! Grrr....Mettons que je ne lui ferais pas mal!
 
Je vous conseille fortement de lire ce roman, vous ne le regretterez pas et je vous promets des rires tout au long de votre lecture!
Dans la ville en feu Michael Connelly Carole Chatelois
Dans la ville en feu
Michael Connelly
COTE

Disponibilité >>
Critique: Carole Chatelois
Date: Octobre 2015
Après une carrière sur le terrain, l’inspecteur  Harry Bosch  est maintenant affecté aux affaires non résolues avant de prendre sa retraite. En 1992 lors des émeutes sanglantes de Los Angeles, il y avait tellement de morts que  l’escouade des crimes n’avait pas assez de temps à consacrer pour les résoudre tous. Vingt ans plus tard, le chef de police craint les médias, qui ne manqueront  pas de relater le vingtième anniversaire des émeutes et de  lui reprocher son manque d’efficacité. Il confie donc à son escouade la tâche d’élucider ces meurtres. L’inspecteur Harry Bosch n’a jamais oublié la jeune journaliste danoise trouvée morte dans une ruelle. C’est ce dossier qu’il choisit.  Il y a peu d’indices, mais les progrès de la science de la balistique lui permettent d’identifier l’arme du crime. Toujours aussi tenace il suivra cette piste jusqu’à l’assassin.

Michael Connelly nous présente une autre enquête de l’inspecteur Bosch. Tous ses fans vont aimer le retrouver toujours aussi méticuleux, entêté, épris de justice, confiant l’aspect technologique de l’enquête à son collègue Chu et s’inquiétant  pour Madeline sa fille jeune ado. L’auteur maitrise parfaitement son art et c’est toujours un plaisir de constater comment il arrive peu à peu à résoudre une l’enquête.
Dans les brumes du mal René Manzor Widad Cantin
Dans les brumes du mal
René Manzor
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Mars 2017
Lors de chaque crime, une mère est tuée tandis que son enfant est porté disparu. Cette fois-ci, il s’agit de Tom, le neveu de Dahlia Rhymes, agente du FBI. Elle a quitté la Caroline du Sud il y a vingt ans en brisant tous liens familiaux. Son neveu, elle ne le connaît que par photo. Arrivée dans son patelin, elle fera équipe avec un ancien gars de rues devenu un des meilleurs policiers. Ils devront résoudre le mystère des enfants disparus, à partir d’un témoignage du voisin de Tom ; il est persuadé qu’il s’agit d’un acte de vaudouisme car il aurait vu une sorte d’ombre près de la maison …

C’est un très bon auteur !
Dans les secrets de Madame Clicquot Fabienne Moreau Carole Chatelois
Dans les secrets de Madame Clicquot
Fabienne Moreau
COTE

Disponibilité >>
Critique: Carole Chatelois
Date: Avril 2017
Barbe Ponsardin se marie avec François Clicquot en 1797. C’est une union heureuse tant sur le plan amoureux que financier. Malheureusement 7 ans plus tard son mari décède, elle se retrouve à la tête de la maison de champagne Clicquot. Elle se doit d’apprendre toutes les étapes de la fabrication du divin nectar. Elle évolue rapidement dans ses nouvelles fonctions, qu’elle préfère à la vie oiseuse des femmes fortunées de son époque. Elle devra faire face à plusieurs embuches pour mener à bien son entreprise, la plus grande étant la distribution de ses bouteilles à travers l’Europe pendant les guerres napoléoniennes. C’est par sa correspondance avec un inconnu qu’on découvrira l’histoire de sa vie et de ses secrets.

C’est un roman en grande partie épistolaire. Un échange de lettres qui s’échelonnent sur plusieurs années avec celui qu’elle appelle son chevalier et qui s’avère finalement être Dorothée la nièce de Talleyrand. Ce dernier voulant que sa nièce se lie d’amitié avec une femme d’exception. Mais la lectrice en moi est quelque peu déçue croyant que Madame Clicquot avait un admirateur secret. La vie dans un vignoble nous est racontée simplement sans nous perdre avec des termes trop techniques. Par contre on s’y perd un peu dans la tumultueuse histoire de la France à cette époque.

Extrait : À l’âge de dix ans, la fillette découvrit que la sainte-barbe désignait la pièce du navire où sont entreposées les munitions.  Son premier prénom, inusité, servait aussi à définir une soute explosive. Elle demanda aussitôt, et très sérieusement, à ses parents de l’appeler Barbe.
Dans l'intimité du pouvoir : journal politique 2012-2014 Dominique Lebel Stéphane Larose
Dans l'intimité du pouvoir : journal politique 2012-2014
Dominique Lebel
COTE

Disponibilité >>
Critique: Stéphane Larose
Date: Juin 2016
Pauline Marois aura été la première femme ayant dirigé le Québec comme première ministre, de septembre 2012 à avril 2014, lors d’un court mandat minoritaire assez rock ‘n’ roll. Le soir même de son élection, elle est la cible d’un attentat politique qui échoue, bien qu’il y a quand même mort d’homme. Puis le gouvernement péquiste se voit souvent obligé de reculer concernant plusieurs décisions politiques prises hâtivement. À l’été 2013, tout le Québec est consterné par la tragédie de Lac-Mégantic, alors qu’un train sans conducteur et bourré de pétrole entre à toute allure dans la municipalité et fait exploser son centre-ville. Puis au début de l’automne 2013, Bernard Drainville dévoile une « charte des valeurs » qui durant plusieurs mois mobilisera l’attention de bien des commentateurs.
 
Dominique Lebel, durant tout ce temps, occupe la fonction de directeur de cabinet adjoint de la première ministre Pauline Marois, ce qui l’amène à assister aux réunions du Conseil des ministres, à être souvent au bureau de Mme Marois et à l’accompagner dans ses nombreux déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur de la province. Quand il a un petit moment de libre, il note dans un carnet « des faits, des impressions, des dialogues » associés à son travail en coulisse. C’est ce qui constitue la matière principale de l’ouvrage qu’il nous propose.
 
On se dira que ça doit être intéressant, et on aura tort. Ce livre est un échec à tous les points de vue. D’abord, l’auteur commet une faute grave en n’expliquant jamais quel est son rôle dans cette « machine ». À quoi ça sert un directeur de cabinet adjoint et quelle est sa description de tâches ? Même en lisant ce bouquin, vous ne le saurez pas vraiment ! On sait qu’il rencontre untel, ou qu’il est à tel endroit avec telles personnes, mais pourquoi ? Mystère ! On peut se dire que ce n’est pas grave, qu’au moins il va nous faire comprendre c’est quoi être première ministre, comment se prennent les décisions, ce qui se dit d’intéressant … eh bien, non ! Pas vraiment ! Probablement lié par le secret professionnel et ministériel, on n’a droit qu’à une série d’éléments décousus, sans fil conducteur. Ce livre n’est pas un récit. C’est un journal sans intérêt d’un homme sans intérêt et écrit avec une totale absence de style. Quelle que soit votre  allégeance politique, fuyez ce livre !
Dans l'oeil du soleil Deni Ellis Béchard Françoise Hucbourg
Dans l'oeil du soleil
Deni Ellis Béchard
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Mars 2017
Afghanistan, Kaboul, 2011. L'explosion d'une voiture provoque la disparition, sinon la mort, de quatre personnes : Alexandra, avocate québécoise spécialisée en droit humanitaire, Justin, Américain plutôt très religieux et enseignant dans une école, Clay, Américain lui aussi, ancien militaire, reconverti en entrepreneur assurant la sécurité. Le quatrième disparu est un jeune Afghan, élève à ses heures... C'est une journaliste japonaise , connaissance des Occidentaux disparus, qui mène l'enquête. On va voyager du Maine à La Nouvelle-Orléans, de Montréal à la Côte-Nord du Québec. Tout en cherchant à savoir ce qui s'est réellement passé, la journaliste nous fait part de ses découvertes sur les personnalités des disparus, des motivations, souvent obscures, qui amènent les gens à travailler dans l'humanitaire, ce travail constituant la plupart du temps une échappatoire dorée et estimée...

Le sujet abordé par l'auteur, à savoir le pourquoi et le comment des choix de ceux qui veulent aider dans les pays en difficulté, m'a intéressée. Donc, rien à redire sur le fond, même si le romancier affiche un grand pessimisme. Quant à la forme, elle m'a dérangée tout au long de ma lecture. Un style lourd, ampoulé. Des retours dans le temps et dans l'espace nuisent parfois à la compréhension De nombreuses et surprenantes fautes d'écriture. Ex : "Son minimalisme gravait la détermination dans les hommes, leurs muscles agiles de mouvements parfaits..." (p. 188)

Ou encore:
"Justin avait la personne qu'il voulait être connu pour l'avoir sauvée" (p. 398)
Dans son regard Theodor Kallifatides Widad Cantin
Dans son regard
Theodor Kallifatides
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Mars 2017
Kristina Vendel est une commissaire de police en Suède. Elle a été victime d’un crime traumatisant dont elle ne garde que peu de souvenirs. Elle aurait été enlevée, droguée puis violée. Certaines photos circulent d’ailleurs, ce qui confirme que cette histoire est bien arrivée. Elle fera seule son enquête, ne pouvant se fier à ses collègues, trop occupés avec leur propre histoire.
 
Entre temps, des meurtres seront commis et la police soupçonne que Vendel soit impliquée. Plusieurs personnages feront leur apparition.
 
Ce roman est un très bon livre policier.
Dans une classe à part : histoires de profs inspirants Mylène Moisan Johanne Laramée
Dans une classe à part : histoires de profs inspirants
Mylène Moisan
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Novembre 2016
Ce livre est un recueil de chroniques écrites par une journaliste de La Presse. Le sujet porte sur des professeurs inspirants qui ont su faire une différence pour leurs élèves.

Prof de secondaire régulier ou de classes spéciales, prof moderne ou de temps plus anciens; l’empreinte qu’ils laissent est marquante. Pour plusieurs, ce métier est une vocation, pour d’autres un tremplin pour autre chose.

L’histoire qui se démarque est celle de ce prof de secondaire qui a falsifié les notes d’un élève plein de potentiel, mais qui vivait des moments difficiles. Cette tricherie a été  le coup de pouce nécessaire à cet adolescent pour poursuivre dans la réussite scolaire.

Dans ces temps où tout le système d’éducation est remis en question et contesté, ces petites histoires portent à la réflexion, mais sans plus.
Danser au bord de l'abîme Grégoire Delacourt Françoise Hucbourg
Danser au bord de l'abîme
Grégoire Delacourt
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Mai 2017
Tout va bien pour Emmanuelle, Emma pour ceux qui la connaissent. Jeune quadragénaire, plutôt jolie, mère de trois enfants, marié à Olivier, vendeuse dans un magasin de vêtements pour enfants. Olivier a bien eu un cancer, cependant, il est en rémission. Mais, oui, il y a un « mais ». Voilà qu'elle tombe en amour avec un homme aperçu dans une brasserie, un vrai coup de foudre, réciproque en plus... Sans se connaître, et presque sans s'être touchés, ils décident de partir ensemble. La faucheuse fait des siennes et Alexandre meurt alors qu'il va rejoindre Emma. S'ensuit une désespérance totale pour l'héroïne qui va vivre sa peine en vendant des frites dans un terrain de camping, qui va souffrir de constater que ses enfants ne veulent plus d'elle, sauf la plus jeune... Mais un nouveau coup de théâtre viendra une fois de plus bouleverser le destin : le cancer d'Olivier récidive, et, cette fois, c'est sans espoir.
 
L'histoire paraît banale et souvent fleur bleue au niveau de la formation des couples. Pourtant j'ai beaucoup aimé le livre. L'écriture de Delacourt est exceptionnelle, pleine d'invention, d'élégance et, au-delà des clichés plutôt fatigants pour moi, on lit un texte d'une grande beauté et rempli de vérités sur les relations humaines.
Danser au bord de l'abîme Grégoire Delacourt Carole Chatelois
Danser au bord de l'abîme
Grégoire Delacourt
COTE

Disponibilité >>
Critique: Carole Chatelois
Date: Juin 2017
Emma, 39 ans, a trois ados et travaille dans une boutique pour enfant dans le Vieux-Lille. Elle est mariée à Olivier depuis 18 ans et qui dirige une importante concession automobile. Leur vie familiale semble suivre une voie normale avec ses joies et ses peines, un bonheur tranquille cachant toutefois quelques frustrations. Jusqu’au jour où Emma croisera le regard d’un inconnu dans un café à l’heure du lunch. Et voilà le coup de foudre qui bouleversera leur vie. Emma abandonnera-t-elle mari et enfants? Quel chemin empruntera la suite de leur vie?

Grégoire Delacourt manie les mots merveilleusement avec une facilité déconcertante nous faisant passer par toute une gamme d’émotions. Il nous décrit le désir grisant entre un homme et une femme. Je n’ai jamais lu une description d’un coup de foudre aussi touchante et pour mon plus grand plaisir l’auteur y consacre le tiers du livre. Il faut aussi noter avec quelle aisance il se met dans la peau d’une femme, car c’est Emma la narratrice.

Certaines situations peuvent sembler un peu exagérées, mais c’est la prérogative de l’auteur et ça ne m’a pas ennuyée parce que c’est trop bien écrit.
D'après une histoire vraie Delphine de Vigan Françoise Hucbourg
D'après une histoire vraie
Delphine de Vigan
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Mars 2016
Après le succès de son roman "Rien ne s'oppose à la nuit", roman s'inspirant de l'histoire vraie de sa mère, l'auteure s'interroge sur sa capacité à écrire un nouveau livre. Syndrome de la page blanche: pas d'idée, interrogation existentielle sur la pertinence de la fiction par rapport au récit vécu... Et voilà que lors d'une soirée chez une amie, la romancière rencontre une femme qu'on appellera  L., écrivaine comme elle, mais nègre. Cette L. essaie tout de suite de lui plaire, désire la revoir et entre dans sa vie en la troublant par son discours sur ses capacités, prétendant la connaître depuis longtemps,  l'assurant qu'elle sait ce qui est bon pour que la foi en ses talents d'écrivain revienne. Et après une période qu'on pourrait qualifier de séductrice, c'est la descente aux enfers, la dépression avec séjour à l'hôpital. Fort curieusement, Delphine de Vigan ne parle à aucun membre de sa famille de l'emprise de L. sur elle. Jusqu'à la trahison , là où tout se dévoile, là où tout s'écroule...

Livre étrange. Même si la qualité de la plume de la romancière permet d'accepter bien des extravagances, je suis restée perplexe et plutôt insatisfaite à la fin de la lecture de ce Prix Renaudot 2015. Peut-on vivre réellement une relation qui nous envahit de telle sorte qu'on devient un objet? Sans doute, mais pendant 478 pages, c'est un peu long. Sans doute on peut y voir aussi la souffrance de l'écrivain en quête de thème pour son prochain ouvrage, mais j'ai refermé le livre, peu convaincue...
De bois debout Jean-François Caron Françoise Hucbourg
De bois debout
Jean-François Caron
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Février 2018
Paris-du-Bois, petit village au milieu des forêts, quelque part au sud de Québec... Une bavure policière entraîne la mort d'André, surnommé Broche-à-Foin à cause de sa capacité à faire à peu près n'importe quoi, et donc à dépanner bien du monde autour de lui. S'il est rendu silencieux à jamais par sa mort, ce n'était de toute façon pas un grand bavard de son vivant .Son fils Alexandre se retrouve orphelin, la mère étant morte du cancer. Il a assisté à la fin tragique de son père, et il a bien du mal à s'en remettre. Le leitmotiv  laissé par le père de son vivant c'était : «Tais-toi, et apprends... ». Désemparé, Alexandre trouve refuge chez Tison, marqué à jamais par un visage abimé suite à un incendie. Quelle chance et pour le jeune homme et pour Tison: ils vont découvrir ensemble leur amour sans bornes pour les livres. Mais Alexandre quittera Tison, passera un certain temps à Québec, sera en amour avec  Marianne malheureusement atteinte d'un cancer des os. Il reviendra à Paris-des-Bois, retrouvera Tison qui s'est trouvé une amoureuse, se réappropriant aussi dans le village la présence du père dont il se sent proche malgré l'absence...
 
Roman de silence, de nature, de livres...Belle prose remplie de sensibilité, d'originalité, d'introspection...Livre écrit avec une profonde connaissance de l'âme humaine. J'ai beaucoup aimé. J'ai toutefois regretté à quelques reprises un lyrisme dont je n'ai pas compris l'utilité comme :
« ...malgré l'arthrose qui le transforme en poussière canine...» (p.221)
«...arborait...cette moustache touffue au milieu du visage comme une armée de chevaliers aurait porté un bélier..."» (p.227)
ou encore des seins « abasourdissants »
De pierres et de sang André Jacques Sylvie Beauséjour
De pierres et de sang
André Jacques
COTE

Disponibilité >>
Critique: Sylvie Beauséjour
Date: Septembre 2016
L’auteur plonge dans le présent polar son personnage fétiche, Alexandre Jobin, antiquaire de métier avec pour bagage vingt-cinq ans dans les services de renseignements de l’armée, dans le monde merveilleux, mais sanguinaire des diamantaires. Un monde qu’il nous fait connaître en remontant la chaîne de production. En partant des minières, plus particulièrement celles de Yellowknife et du trafic illégal qui s’y développe, nous découvrons les divers intermédiaires aux façons de faire peu scrupuleuses. Quand la pierre se retrouve au doigt d’une maîtresse d’un nouveau riche russe celle-ci ne se doute pas combien le sang a coulé dans ce trafic.
 
Une lecture haletante où il fait bon se retrouver au pays avec la rue St-Laurent, la rue Dante et la Place Versailles. Mais nous voyageons aussi à Anvers capitale des diamants, faisons un saut à Paris et retrouvons des personnages rencontrés au fil des polars d’André Jacques. Un brin d’humour, un héros un vrai et la recette est complète pour une belle aventure.
Délires mortels Kathy Reichs Widad Cantin
Délires mortels
Kathy Reichs
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Décembre 2016
Hazel Strike est un détective amateur qui demande l’aide de Temperance Brennan concernant un enregistrement sonore ; il s’agit d’une voix de femme appelant de l’aide. Il est convaincu qu’il s’agit d’une disparue d’il y a trois ans. Brennan hésite, mais quand le détective est retrouvé mort, il n’en faut pas plus pour la convaincre de faire enquête. Lors de son enquête, elle découvrira des indices en lien avec d’autres morts …
 
C’est le dix-huitième roman et il est vraiment très bon !