Vous êtes ici :
Vie Animée
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > Critiques de consultants

Critiques de consultants


Consultant



 |<  <  5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14  >  >| 
Affichage des résultats 241-270 (de 439)
TitreAuteurConsultant
Le pouvoir étonnant du rangement Marie Kondo Gabrielle Valois
Le pouvoir étonnant du rangement
Marie Kondo
COTE

Disponibilité >>
Critique: Gabrielle Valois
Date: Décembre 2016
Marie Kondo est une experte japonaise dans l’art du rangement. Elle a fait de sa passion pour l’ordre et le rangement, un mode de vie et son gagne-pain. Elle donne des cours, elle va aussi chez les gens pour les aider à s’organiser. Elle vient d’écrire un livre qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires au Japon.
 
Avec la méthode KonMari votre espace sera organisé une bonne fois pour toutes. Le désordre ne s’installera plus jamais. Il n’y aura plus jamais d’effet rebond. Sa méthode : commencez par jeter, Ensuite, classez par catégories.
 
Elle suggère de commencer par les vêtements. Vous les étendez tous par terre dans une pièce puis vous jetez tout ce qui ne vous fait plus, tout ce que vous n’avez pas porté depuis un an, tout ce que vous gardez pour plus tard. On a droit à un cours de pliage de vêtements et aussi à un cours sur le respect que l’on doit porter à ses chaussettes et à ses collants. Après le tour des vêtements, vient le tour des livres, puis des papiers, … Et vous verrez, vous serez plus heureux. Ce que je déplore le plus dans ce livre c’est que l’auteur  ne parle pas de donner ou de recycler, tout simplement de jeter.
 
Quel gaspillage.
Le principe Jérôme Ferrari Françoise Hucbourg
Le principe
Jérôme Ferrari
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Décembre 2015
Le physicien allemand Werner Heisenberg est un des inventeurs de la physique quantique. À 26 ans, en 1927,il pose avec autorité et aplomb le principe d'incertitude qui permettra d'en arriver à la fabrication de la bombe atomique. Que dit ce principe: dans le monde physique de l'infiniment petit, on ne peut connaître à la fois la position et la vitesse d'une particule.

Dans le roman de Ferrari, c'est le questionnement d'un jeune philosophe qui sert de trame au récit. Son cheminement humain, poétique, géographique nous accompagne tout au long de la lecture. On fréquentera ainsi Einstein, Schrödinger, de Broglie... On se demandera avec le narrateur comment il se fait que ce sont les Américains et non les Allemands qui fabriquent les premiers l'engin de mort le plus destructeur, la bombe atomique. Est-ce que Heisenberg a ralenti exprès ses recherches, ou bien a-t-il eu des difficultés à trouver la bonne formule?

Ce n'est pas un livre très facile, mais il n'est pas non plus ésotérique pour le commun des lecteurs. On prend réellement plaisir à suivre les savants qui essaient de "regarder par-dessus l'épaule de Dieu". Et puis on admire le talent d'un écrivain qui, d'un sujet ardu, fait un roman rempli de poésie...
Le reste de leur vie Jean-Paul Didierlaurent Sylvie Beauséjour
Le reste de leur vie
Jean-Paul Didierlaurent
COTE

Disponibilité >>
Critique: Sylvie Beauséjour
Date: Décembre 2016
Le précédent et premier roman de l’auteur m’avait charmée. Avec ce deuxième titre Jean-Paul Didierlaurent s’avère un écrivain qui maîtrise bien les mots. Histoire simple et extraordinaire, personnages toujours attachants.
 
Manelle exerce le métier d’aide à domicile. Entre le lavage des vitres, de la vaisselle et de la lessive. Entre la préparation des repas, l’aide à la toilette et à l’habillage. Entre faire les courses, sortir le chien et arroser les plantes, Manelle tisse des liens. Avec Samuel Dinsky une chimie s’opère et tous les deux ont besoin l’un de l’autre. Ambroise, qui vit chez sa colorée grand-mère Beth, est thanatologue et profondément humaniste. On l’aime tout de suite. Comment nos quatre personnages se retrouveront-ils en route vers la Suisse à bord d’un corbillard? Je vous laisse le découvrir lors de votre lecture des plus agréables.
Le rouge vif de la rhubarbe Audur Ava Òlafsdòttir Johanne Laramée
Le rouge vif de la rhubarbe
Audur Ava Òlafsdòttir
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Janvier 2017
Agustina, adolescente, vit dans une île des pays nordiques avec Nina, une amie de sa mère devenue en quelque sorte sa tutrice. Son père n’est pas dans sa vie. Sa mère consacre la sienne à des recherches sur les oiseaux partout dans le monde et ses contacts avec sa fille se limitent à des échanges de lettres. Agustina a connu une naissance difficile qui l’a laissé avec des séquelles, l’obligeant à se déplacer avec des béquilles. Mais son état ne la laisse surtout pas inactive, elle qui a pour objectif de monter le sommet de la montagne de la place. Elle mène une vie simple et axée autour des tâches ménagères dans un village surtout composé de femmes et de Vermundur, l’homme à tout faire de la place qui apporte une aide aux plus gros travaux. Il y a aussi la présence de Salomon, le fils d’une voisine, qui deviendra son ami.

Bref, c’est une vie simple et axée sur les tâches saisonnières d’un petit village qui sont ici mises de l’avant à travers ce personnage de jeune fille à l’âge des questionnements et des défis, mais limitée physiquement et culturellement. L’auteur s’attache à la vie ordinaire qu’elle sait magnifier par la beauté de son texte. Un livre que l’on referme avec un petit sourire de contentement.
Le rouge vif de la rhubarbe Audur Ava Olafsdottir Françoise Hucbourg
Le rouge vif de la rhubarbe
Audur Ava Olafsdottir
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Novembre 2016
Que fait-on quand on s'appelle Agustina, qu'on a été conçu dans un champ de rhubarbe, que notre père est reparti tout de suite après la conception, emmené par un bateau qui n'est jamais revenu, que notre mère, tel un oiseau migrateur auquel elle s'intéresse, vit loin du village, qu'on naît sur le siège arrière d'une voiture et que le cordon ombilical qui a entouré notre cou nous a privés d'air, provoquant une paralysie des deux jambes, oui, que fait-on, surtout dans un pays qui est l'Islande? Eh bien, Agustina, jeune adolescente, vit très bien dans son nid rural, dorlotée par Nina qui prend soin d'elle, surveillée avec bienveillance par Vermundur, aimée de Salomon, jeune homme que son handicap n'effraie pas. Oui, on vit doucement entre le champ de rhubarbe, l'école, la chorale, la plage de sable noir, et avec des béquilles, bien sûr. Et Agustina rêve, elle rêve de gravir la montagne... bon, les montagnes ne sont pas hautes en Islande...
 
Roman du quotidien, tout en douceur, dans une nature enténébrée en hiver, trop longuement éclairée en été, mais une nature faite de poésie et de grande humanité, dans lequel avoir les deux jambes paralysées ne semble pas du tout un handicap, en tous les cas, un handicap pas insurmontable.
 
Du réconfort, et ça fait du bien.
Le royaume Emmanuel Carrère Françoise Hucbourg
Le royaume
Emmanuel Carrère
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Octobre 2015
Il y a 25 ans l'auteur, Emmanuel Carrère, s'est converti à la religion catholique. Pas une petite conversion de façade. Non. Il va à la masse tous les matins, il médite chaque jour sur les textes saints, il suit des retraites avec un ami, et il côtoie assidument une tante très croyante et très pratiquante.  

En 2014, il n'est plus croyant, mais a gardé les textes qu'il a écrits durant sa période de ferveur.

La première partie du roman parle de sa vie remplie de zèle religieux. La seconde raconte les débuts du christianisme. En se basant sur les écrits des Actes des Apôtres, en se référant constamment aux faits et gestes de Luc l'évangéliste et de Paul le converti du chemin de Damas. On a l'impression d'assister au début d'une secte. Les succès mais aussi les déboires sont nombreux, et on a du mal à croire que le petit groupe de fidèles englobera un jour le quart de l'humanité.
On ne s'ennuie pas du tout durant la lecture de cette fresque à la fois historique et romancée. Un texte bien écrit, une idée originale, un travail de recherches exemplaire, et on goûte le bonheur en parcourant un roman qui aurait pu être bien ennuyeux...
Le saut de l’ange Lisa Gardner Sylvie Beauséjour
Le saut de l’ange
Lisa Gardner
COTE

Disponibilité >>
Critique: Sylvie Beauséjour
Date: Mai 2017
Avec « Le saut de l’ange », nous retrouvons avec plaisir certains personnages connus au fil de nos lectures des ouvrages de Lisa Gardner. L’inspectrice Tessa Leoni et son nouvel amoureux, le brigadier Wyatt Foster, qui doit conquérir la confiance de Sophie, la fille de celle-ci, ainsi que le commandant D.D. Warren de la police criminelle de Boston. Malheureusement comme dans le dernier titre de l’auteur, D.D. Warren ne fait qu’une brève apparition. À quand son retour?
 
Wyatt se rend sur les lieux d’un accident. Il s’agit visiblement d’une perte de contrôle. Un 4X4 Audi Q5 Premium s’est retrouvé hors de la chaussée le nez piqué dans le ravin. Une femme s’en est extirpée. Mal en point, sentant l’alcool, la femme hurle que Véro a disparu. Commence alors une enquête entre le réel et l’imaginaire de Nicole Frank. Qui est Véro? Le mari de Nicky est-il impliqué dans le délire de celle-ci?
 
L’équilibre psychologique précaire de Nicky est responsable du fait que personne ne la croit. Elle devra faire toute seule le chemin de la vérité pour qu’enfin nous connaissions comment tout cela a commencé. Un des très très bons livres de Gardner. Une intrigue qui n’en finit pas de nous surprendre.
Le saut de l'ange Lisa Gardner Widad Cantin
Le saut de l'ange
Lisa Gardner
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Mai 2017
Lors d’une nuit pluvieuse au New Hampshire, Nicole fait une embardée avec sa voiture. Elle ne se souvient de rien, à l’exception que sa fille Véro était dans le véhicule avec elle et qu’elle a disparu. Après discussion avec son mari, ce dernier confirme qu’ils n’ont pas d’enfant... Pourtant, il y avait bien quelqu’un avec elle dans l’automobile lors de l’accident, qui était-ce? 

L’enquête du sergent Foster et de Tessa Leoni nous démontre encore une fois le talent de l’auteure.
Le saut de l'ange Lisa Gardner Johanne Laramée
Le saut de l'ange
Lisa Gardner
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Février 2017
Nicole Frank, surnommée Nicky, fait une embardée avec sa voiture en pleine nuit sur une route isolée du New Hampshire. Elle réussit à s’extirper de l’auto et à demander de l’aide. À l’arrivée des policiers, elle est à la recherche de sa fille, Véro. Malgré des recherches intensives, aucune fillette n’est retrouvée. Quand on réussit à rejoindre le mari de la victime, il assure que le couple n’a jamais eu d’enfant. C’est le sergent Wyatt Foster qui sera responsable de l’enquête. Plus tard, l’analyse des empreintes digitales de Nicky révèle qu’il s’agit de Veronica Sellers, une fillette portée disparue à Boston à l’âge de six ans. Une recherche indique aussi que la dame en est à un troisième accident avec commotion cérébrale dans les derniers mois, ce qui altère sa mémoire.

L’histoire prend du temps à s’installer; tout d’abord, la recherche d’une potentielle jeune victime qui n’existe pas, puis le mystère qui entoure Nicky. L’implication de son mari fait aussi parti de l’énigme. Le pauvre policier semble tout aussi mêlé que le lecteur. Malgré toutes les invraisemblances du récit qui, je suis certaine, ne pourrait tenir la route dans la vraie vie, l’auteur réussit à piquer notre curiosité et à maintenir le suspense. Mais cette longue lecture en vaut-elle le coût?
Le secret d'Aiglantine Nicole Provence Brigitte Demers
Le secret d'Aiglantine
Nicole Provence
COTE

Disponibilité >>
Critique: Brigitte Demers
Date: Mai 2016

Novembre 1869, Messimy, France

En revenant de sa forge, Firmin Métailler découvre avec horreur le cadavre de son épouse Amélie, affaissé devant son métier à tisser. Pour quelle raison a-t-on assassiné une humble veloutière qui ne quittait jamais ni sa maison ni son village? Sa fille Aiglantine fait prévenir le maréchal des logis-chef, Émilien Gontard, de la brigade de Vaugneray, un coteau voisin. Plusieurs faits attisent immédiatement sa curiosité: que s'est-il passé trois décennies auparavant pour qu'Amélie soit revenue dans son village, moins d'un an après avoir été embauchée comme femme de chambre à Lyon? Et pourquoi, après avoir épousé Firmin, s'est-elle réfugiée dans un parfait silence que personne n'a jamais réussi à percer? Et quels événements ont contraint sa fille Aiglantine à fuir ce même village douze ans plus tôt pour en revenir après trois ans? Depuis, ne se consacrant qu'au tissage de velours de soie uni, Aiglantine fait de sa solitude une carapace protectrice, bannissant de sa mémoire de douloureux souvenirs.

Un jour, en vidant une malle qui appartenait à sa mère, la jeune femme trouve une lettre témoignant d'une liaison entretenue avec un homme de bonne famille. Cette surprenante révélation d'outre-tombe a-t-elle à voir avec sa mort? De son côté, Émilien Gontard réunit de peine et de misères de maigres indices. Mais il persévère... Époux lui-même d'une veloutière, il se jure d'arrêter le coupable. Enfin, quelques pistes le guideront dans le monde des artisans du tissu, auprès d'une riche famille de soyeux.

Puis, au cours d'une visite chez ses anciens patrons, Aiglantine fait une découverte qui la replonge dans son passé. Ébranlée, elle ne peut taire ces événements qui ont brisé sa vie et se confie au maréchal des logis-chef. Quand ce dernier apprend qu'un autre membre de la famille vient d'être victime d'un crime, il ne doute plus que certains secrets profondément enfouis sont à l'origine du meurtre de la tisserande.

Solidement planté dans la pittoresque région des monts du Lyonnais, le roman Le Secret d'Aiglantine est un véritable polar historique qui fait revivre l'art disparu du tissage du velours de soie dans les campagnes. Il nous fait évoluer sans peine dans un univers ténébreux où les interrogations s'entremêlent comme les fils d'un tissu savamment ouvragé.

Quelle belle découverte que je viens de faire! Nicole Provence est assurément un coup de coeur pour moi! J'ai tout simplement adoré sa plume.

L'intrigue se déroule au 19ième siècle dans la région de Lyon, en France, dans le monde des tisserands. Dès le départ, nous entrons dans le feu de l'action. Notre personnage principal, Aiglantine, est une femme ayant des secrets. Nous les découvrons au fil des pages. Elle est, pour cela, bien mystérieuse aux yeux du gendarme. Celui-ci est amené à résoudre un mystère, soit le meurtre d'Amélie, la maman de cette belle Aiglantine.

J'ai tout simplement été conquise par la façon de raconter de Nicole Provence. Elle réussi à nous captiver dès le début et elle nous tient en haleine jusqu'à la dernière page. Le rythme est soutenu, jamais de temps mort. On ne veut pas lâcher notre livre tellement on est pris dans l'histoire. Et la fin....WOW! Pleins de secrets sont dévoilés mais j'avoue que LE punch, je ne m'en serais jamais douté. Je ne me l'étais même pas imaginé.

Je n'hésiterais pas à lire un autre roman de cette auteur coup de coeur!

Le temps est assassin Michel Bussi Johanne Laramée
Le temps est assassin
Michel Bussi
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Octobre 2016
C’est à l’été 1989 que Clotilde, 15 ans, passe ses dernières vacances en Corse avec sa famille, car un grave accident d’auto lui enlève mère, père et frère. 27 ans plus tard, elle retourne sur ce même site avec son mari et sa fille. Un billet signé de sa mère lui parvient et d’autres coïncidences surviennent,  mettant en doute la mort de cette dernière. Cherchant à éclaircir la vérité, elle se butera à une loi du silence qui cache bien des secrets de famille.

Les chapitres alternent entre le journal personnel de Clotilde écrit lors des dernières vacances familiales et disparu depuis et le temps présent. Suspense, omerta, secrets de famille, loi du silence; tout est en place pour un bon polar.

L’auteur introduit l’histoire dès le début, mais par la suite j’ai trouvé le rythme un peu lent jusqu’à la moitié du livre où là, bizarrement, il nous livre un potentiel assassin à la fin d’un chapitre. Par la suite, l’action s’intensifie et se complexifie, nous livrant  une fin un peu alambiquée.
Le test : une enquête inouie : la preuve de l’après-vie ? Stéphane Allix Widad Cantin
Le test : une enquête inouie : la preuve de l’après-vie ?
Stéphane Allix
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Novembre 2016
L’auteur de ce roman est un journaliste. Au décès de son père, il a placé quelques objets dans le cercueil sans le dire à personne. Il a consulté six médiums afin de savoir s’ils découvriront la présence des objets et s’ils communiquent réellement avec les morts. Il nous livre tous les détails de sa rencontre avec chacun des médiums.
Le voleur qui comptait les cuillères Lawrence Block Widad Cantin
Le voleur qui comptait les cuillères
Lawrence Block
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Mai 2017
Bonnie Rhodembarr est propriétaire d’une librairie. Par contre, comme il n’y a plus beaucoup de personnes intéressées par l’achat de livre, il s’est trouvé un second gagne-pain; expert cambrioleur. Un homme l’engage d’ailleurs pour effectuer différents vols, afin de récupérer de vieux bouquins. Une vieille dame sera retrouvée morte chez elle. Il semblerait qu’elle ait surpris un voleur à son domicile. L’enquêteur Ray sera chargé de résoudre l’énigme. Il demandera l’aide de Bonnie, puisqu’il est un expert en matière de cambriolage, et qu'il pourra peut-être trouver des indices.
L'échappée belle Anna Gavalda Carole Chatelois
L'échappée belle
Anna Gavalda
COTE

Disponibilité >>
Critique: Carole Chatelois
Date: Décembre 2015
Garance et Lola doivent  assister au mariage d’une cousine qui s’annonce particulièrement ennuyant. Leur frère Simon et sa femme Carine passent les prendre dans leur voiture, le mariage ayant lieu à l’extérieur de Paris. À leur arrivée, Simon propose à ses sœurs de laisser sa femme assister seule au mariage, de se sauver de cette corvée et d’aller rejoindre leur plus jeune frère, guide pendant l’été d’un château perdu dans la campagne. Ironiquement ils assisteront à un mariage très sympathique pas du tout guindé ou ils auront un plaisir fou.

C’est un petit livre qui j’ai lu en deux heures. Un petit bijou, drôle, parfois hilarant. Anna Gavalda a le don de nous inventer une histoire à partir de presque rien. Elle nous fait pénétrer ici dans l’intimité, la connivence et l’amour  de cette fratrie. Ils sont pourtant tous différents mais si soudés. Si vous avez besoin d’un petit divertissement  amusant, c’est un livre à lire.
L'école des saveurs Erica Bauermeister Sylvie Beauséjour
L'école des saveurs
Erica Bauermeister
COTE

Disponibilité >>
Critique: Sylvie Beauséjour
Date: Juillet 2017
Le choix de ce livre partait d’une suggestion de lecture estivale ayant pour thème la nourriture.

Lilian est propriétaire d’un restaurant « L’École des saveurs » et, tous les premiers lundis du mois, elle anime un cours de cuisine. C’est l’occasion pour elle d’initier ses élèves à la cuisine, mais surtout de développer leurs sens et les amener au respect des ingrédients. En fait, les participants vont au-delà de leurs habiletés culinaires, ils apprennent la vie.

Ce bref roman nous fait saliver et nous fait prendre conscience des gestes que nous posons chaque jour pour ce nourrir. L’histoire personnelle des personnages est intéressante. Cependant, il arrive fréquemment que l’auteure en fasse un peu trop. Un peu trop d’enrobage autour des aliments, un fil conducteur trop fleur bleue. Bref une lecture agréable, sans plus.
L'école du crime Christian Jacq Widad Cantin
L'école du crime
Christian Jacq
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Juillet 2017
Le directeur d’une école décide de prendre sa retraite et nomme son successeur. Le choix n’est pas unanime et une série de meurtres s’en suit. Cinq corps sont retrouvés, dont celui du nouvellement retraité. Scotland Yard désigne l’inspecteur Higgins responsable de l’enquête. Ce sera lui qui découvrira son terrible secret; c’est une école du crime!

Excellent roman, la fin vous étonnera!
L'effet papillon Jussi Adler-Olsen Gabrielle Valois
L'effet papillon
Jussi Adler-Olsen
COTE

Disponibilité >>
Critique: Gabrielle Valois
Date: Août 2015
C’est la cinquième enquête du département V qu’écrit cet auteur danois. L’inspecteur Karl Morck et son équipe du département V essaie de retrouver le jeune Marco, témoin important d’un meurtre. Celui-ci se sait en danger, il se sauve, il ne peut faire confiance à la police puisqu’il est un sans papier, un gitan entrainé à quêter et à voler. Que de ramifications. Tout un enchainement de violences. Le titre est vraiment bien choisi. Sur quatre ans, de 2008 à 2012, un meurtre en entraîne un autre. Entre les fuites et les poursuites, on fait le lien entre un SMS envoyé du Cameroun, un meurtre, des détournements d’argent, un cadavre vieux de trois ans. Même l’intégrité politique du Danemark pourrait vaciller car des politiciens et des financiers haut placés sont en cause. Beau suspense.
L'effet Rosie, ou, Le théorème de la cigogne Graeme Simsion Gabrielle Valois
L'effet Rosie, ou, Le théorème de la cigogne
Graeme Simsion
COTE

Disponibilité >>
Critique: Gabrielle Valois
Date: Septembre 2015
Ce livre traduit de l’anglais (Australie) fait suite à "Le Théorème du homard ou  comment trouver la femme idéale", qui avait valu à son auteur en 2012  le prix Victorian Premier’s Literary Award.
 
C’est une comédie, romantique, décalée, tendre et tellement drôle. C’est l’histoire d’un autiste, asperger, d’une intelligence vraiment supérieure à la normale, scientifique reconnu pour sa rigueur, mais dépourvu d’intelligence sociale ou relationnelle.

Dans le théorème du homard, Don recherchait la femme idéale selon une approche scientifique et pas du tout romantique. Après une kyrielle d’aventures plus loufoques les unes que les autres, Rosie a été l’heureuse élue.
 
Dans ce deuxième tome, Don et Rosie se retrouvent ‘’enceints’’. C’est une surprise, ce n’était pas prévu. Les réactions scientifiques plutôt qu’émotionnelles de Don n’ont pas l’heur de plaire à Rosie qui aimerait voir son mari plus ‘’normal’’. En voulant se sortir de mauvais pas relationnels, Don a le tour de s’empêtrer encore davantage. Les situations virent au vaudeville.

Très divertissant tout en étant instructif sur la vie possible d’un asperger.
L'élixir d'amour Eric-Emmanuel Schmitt Gabrielle Valois
L'élixir d'amour
Eric-Emmanuel Schmitt
COTE

Disponibilité >>
Critique: Gabrielle Valois
Date: Août 2015
Échange épistolaire entre deux ex-amants. Adam vit à Paris. Louise l’a laissé pour s’installer au Québec. Chaque chapitre est une missive envoyée à l’autre. Certains chapitres durent quatre ou cinq pages, d’autres,  une seule phrase. Ils ne se parlent pas d’amour, mais ils parlent de l’amour. Ils se questionnent sur l’amour. Peut-on provoquer l’amour ?  Existe-t-il un moyen de déclencher la passion ? Sommes-nous libres d’aimer ? Ils sont sincères, ils sont sympathiques. Ils se racontent leurs nouvelles aventures, leurs attirances, leurs sentiments, leurs peines. Et, surprise, la fin, vraiment inattendue, vous fera sourire.
L'enfant d'octobre Philippe Besson Paul Van Wassenhoven
L'enfant d'octobre
Philippe Besson
COTE

Disponibilité >>
Critique: Paul Van Wassenhoven
Date: Octobre 2015
Roman noir, sans doute, où le lecteur ressent chaque pensée des personnages, l’attitude des membres d’une famille d’un village reculé. Querelles, haines, rivalités et cancans tissent une toile perfide autour d’un couple à l’enfant assassiné à l’âge de quatre ans.

L’auteur traduit les gaffes des enquêteurs et les hypothèses farfelues de tous. C’est l’occasion pour lui d’étaler en plein jour la bêtise et la cruauté psychologique des gens au travers des ragots.

Le lecteur lit, il lit, il se gave de mots comme on gave une oie. Mais où l’auteur veut-il emmener ses lecteurs? Car il les emmène avec lui dans une ronde infernale au travers des péripéties des enquêtes. Car il y en aura des enquêtes qui contrediront les précédentes. Et l’auteur navigue avec brio dans ce voyage.

Il aura fallu 16 ans pour conclure…
Les affligés Chris Womersley Lorraine Robillard
Les affligés
Chris Womersley
COTE

Disponibilité >>
Critique: Lorraine Robillard
Date: Novembre 2017
En 1919, Quinn Walker revient chez lui à Flint, en Australie, après la guerre. Il doit se cacher dans les bois avoisinant la maison de ses parents, car il est accusé et recherché pour avoir abusé et tué sa petite sœur il y a dix ans. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il s’était enfui même si ce n’est pas lui le coupable contrairement à ce que croit tout le village. Il n’avait alors que 16 ans et il a pris peur à la suite de ce qu’il avait vu. Maintenant, il veut faire connaître la vérité, mais il a aussi tellement de traumatismes et de blessures causés par ses années de guerre qu’il est terrorisé. Toutefois, il fait la rencontre de Sadie, une fillette de 12 ans qui vit dans les bois elle aussi, car sa mère est morte de la grippe espagnole qui sévit partout. Son père est parti depuis très longtemps et elle espère que son unique frère parti à la guerre lui aussi reviendra bientôt. Elle est très spéciale, un peu comme une fée ou une gentille sorcière qui connaît les secrets de tout le monde et sa présence réconforte beaucoup Quinn. Malheureusement, ces deux écorchés par la vie sont poursuivis par Robert Dalton, chef de police qui est l’oncle perverti de Quinn et, surtout, le vrai agresseur et meurtrier de sa petite sœur et probablement d’autres personnes également.

Très bon auteur australien, né en 1968, qui a déjà reçu quelques prix littéraires dans son pays. Dans cette histoire, il y a de belles descriptions de l’époque et beaucoup de flash-back avec un certain suspense. Cependant, j’ai été quelque peu déçue par la fin.
Les anges sacrifiés Sylvie-Catherine De Vailly Johanne Laramée
Les anges sacrifiés
Sylvie-Catherine De Vailly
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Octobre 2016
Le corps d’un adolescent SDF est retrouvé dans un conteneur à déchets derrière un restaurant. À l’autopsie, on découvre que des organes ont été retirés de son corps alors qu’il était encore vivant. Jeanne Laberge, récemment de retour au travail et enceinte, mène l’enquête. D’autres crimes semblables ont lieu par la suite et on fait même le rapprochement avec des crimes anciens restés impunis. Trafic d’organes? Rites d’une secte?

Dans cette série policière, l’accent porté sur la particularité d’une femme inspectrice doit être mis dans le contexte d’une histoire qui se situe il y a quelques décennies. Par ailleurs, l’histoire est bien menée et la vie personnelle des personnages est bien exploitée. Comme dans tout bon roman policier, l’énigme déboule en toute fin. En prime, le lecteur a droit à un petit supplément de finale pour annoncer le prochain roman.
Les bottes suédoises Henning Mankell Françoise Hucbourg
Les bottes suédoises
Henning Mankell
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Mai 2017
Frederick Willin s'est installé sur une petite île de la mer Baltique depuis qu'il a quitté son emploi à la suite d'une grave erreur médicale. En fait, le livre « Les bottes suédoises » se veut la suite d'un autre roman « Les chaussures italiennes ». C'est en solitaire que Frederick passe ses journées, éclairées quelquefois par la visite d'un facteur volubile et un peu hypocondriaque. Mais voilà qu'il se réveille en sursaut par une nuit d'automne alors que sa maison est en train de brûler. Le bâtiment est une perte totale. Il se réfugie dans la caravane appartenant à sa fille et commence à broyer du noir face à une situation qui le dépasse. D'autant plus que les enquêtes sur la cause de l'incendie concluent à une intervention humaine. Toutefois, Frederick profite de l'occasion pour renouer avec sa fille, recevoir et discuter avec le facteur, essayer de séduire la journaliste chargée de rédiger la nouvelle... Bien que soupçonné d'avoir causé l'incendie de sa maison, il entend se défendre et mène sa propre enquête. Jusqu'à ce que...
 
Ce n'est pas seulement l'histoire qui est intéressante ici, mais aussi la réflexion d'un Mankell vieillissant et proche de la mort. Son manuscrit a été remis à son éditeur quelques mois seulement avant son décès.
 
Et les bottes suédoises dans tout ça? C'est comme si c'était plus difficile en Suède de se procurer des bottes du pays que des chaussures italiennes...
Les chemins de ma liberté Nathalie Simard Gabrielle Valois
Les chemins de ma liberté
Nathalie Simard
COTE

Disponibilité >>
Critique: Gabrielle Valois
Date: Août 2015
Trente cinq ans de la vie de Nathalie Simard racontées par elle-même dans un français impeccable sauf trois grosses fautes aux pages 180 et 181 dont perdrent et sourdité.
 
L’écriture de ce livre est pour Nathalie Simard une étape dans sa thérapie. Elle veut rétablir sa crédibilité auprès du public. On l’a accusée d’être menteuse, voleuse, opportuniste, profiteuse. Elle nie tout cela et explique ses choix de vie.
 
Elle se décrit comme naïve et même candide. Elle avait le don pour choisir les mauvaises personnes pour l’accompagner. Elle faisait confiance à des gens qui ne méritaient pas confiance et qui profitaient de son inexpérience de la vie.
 
C’est un son de cloche différent de celui que nous a donné les médias au fil des ans.
 
Finalement on ne peut que lui souhaiter enfin de la stabilité et du bonheur.
Les clefs du silence Jean Lemieux Johanne Laramée
Les clefs du silence
Jean Lemieux
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Avril 2017
Le docteur Pereira, infectiologue, est retrouvé mort dans son bureau rattaché à l’hôpital St-Luc. Il a été poignardé et scalpé. Son dernier patient est porté disparu et le grand-père de ce dernier, ancien ministre fédéral, est retrouvé mort peu de temps après, à la suite d'une attaque survenue alors qu’il promenait son chien.

Le sergent-détective Surprenant est responsable de l’enquête et fait des liens entre les victimes, le FLQ et la corruption dans la construction du CHUM. Côté personnel, l’enquêteur continue à renouer contact avec son père retrouvé depuis peu, devient grand-père et apprend l’existence d’une fille issue d’une courte liaison lors d’un congrès.

L’auteur utilise l’actualité, ancienne et plus récente, pour faire une toile de fond à son nouveau roman. Cet aspect du livre fait partie de son attrait, car l’impression d’en apprendre un peu sur ces événements sert à maintenir l’intérêt. L’énigme est touffue et les liens, pas toujours évidents, sont décortiqués à la toute fin. Le suspense est présent jusqu’à la finale et l’accent mis sur la psychologie du personnage principal nous le rend attachant. Bref, un bon roman policier.
Les derniers jours de Rabbit Hayes Anna McPantlin Odette Sauvé
Les derniers jours de Rabbit Hayes
Anna McPantlin
COTE

Disponibilité >>
Critique: Odette Sauvé
Date: Septembre 2017
Le livre nous raconte les neuf derniers jours de la vie de Mia Hayes, surnommée « Rabbit », qui vient d'entrer dans une maison de soins palliatifs.

Pendant ces neuf jours, toute sa famille prend le relais pour être à son chevet. Jack et Molly, ses parents, qui ne peuvent se résigner à dire adieu à leur fille. Il y a Grace, sa sœur, et Davey, son frère, qui considèrent Rabbit encore comme le bébé de la famille, la petite dernière, bref qui ne peuvent concevoir qu'elle partira. Juliet, sa fille de 12 ans qui s'en va sur 25, car elle a pris sur elle les responsabilités d'adulte en prenant soin de sa mère pendant sa maladie. Et Marjorie, sa meilleure amie.

Qu'arrivera-t-il de Juliet, sa fille, qu'elle élevait seule? La famille se mobilise pour faire le mieux pour la petite dans ces circonstances.

Le livre passe du présent au passé et nous fait découvrir la vie de Rabbit et de sa famille pendant leur jeunesse, leur début de vie adulte et leur vie d'aujourd'hui.

Sujet traité triste et difficile qui fera verser quelques larmes, mais aussi sourire avec le sens de l'humour de Molly, la mère.
Les dieux du verdict Michael Connelly Widad Cantin
Les dieux du verdict
Michael Connelly
COTE

Disponibilité >>
Critique: Widad Cantin
Date: Février 2016
Mickey Haller est un avocat déprimé ; son ex-femme s’est éloignée et sa fille ne veut plus lui parler. Il reçoit un message de son assistance, 187, qui est le code pour un meurtre. La victime est une prostituée que l’avocat connaissait bien et qu’il croyait avoir aidé à retrouver le bon chemin. Il se sent floué par cette dernière qui continuait à se prostituer et à qui il avait aidé à se faire une nouvelle identité. Est-ce lui qui l’aurait mise en danger ? De plus, certaines personnes n’apprécient guère de voir l’avocat mettre le nez dans leurs affaires. Haller devra travailler très fort pour résoudre l’affaire et convaincre les jurés de l’innocence de son client.

C’est un bon livre à lire.
Les égarés Lori Lansens Françoise Hucbourg
Les égarés
Lori Lansens
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Juin 2017
Les égarés, c'est Wolf, jeune homme de 18 ans qui compte gravir la montagne proche de Palm Springs, en Californie, et se suicider en se jetant de la falaise, sa vie lui paraissant absolument inintéressante, surtout depuis l'accident qui a frappé son ami Bird sur cette même montagne. Ce sont aussi les trois membres de la famille Devine : Nola, jeune grand-mère qui fait l'ascension à l'occasion du premier anniversaire de la mort de son mari ( le couple avait un attachement particulier pour le massif sur lequel il se promenait), Bridget, fille de Nola, triathlonienne, au tempérament plutôt superficiel, et, enfin, Vonn, fille de Bridget, venue sur la montagne en « gougounes »... Les quatre personnages se retrouvent à la recherche du chemin menant au lac Secret que Wolf prétend bien connaître. Il devient plus ou moins le chef de l'expédition. Mais ils se perdent... et étant peu ou mal vêtus, ayant peu ou pas de provisions, ils vont souffrir de la soif, de la faim, du froid, des serpents, de la fatigue... Les caractères s'affrontent, les déveines s'additionnent... Et leurs mésaventures dureront 4 jours... De plus, tout en racontant le déroulement de l'équipée, l'auteure nous fait connaître le passé de chacun.

Tout arrive aux rescapés, et même plus si c'était possible, et même après leur sauvetage! Était-il nécessaire de faire vivre autant de problèmes au groupe? J'en doute. Je reconnais un talent certain au récit pour faire naître la curiosité chez le lecteur, mais pour moi, le roman frise le mélodrame. Pas étonnant que la romancière soit aussi cinéaste...
Les élus Steve Sem-Sandberg Françoise Hucbourg
Les élus
Steve Sem-Sandberg
COTE

Disponibilité >>
Critique: Françoise Hucbourg
Date: Septembre 2017
Des enfants et des adolescents handicapés physiques ou intellectuels, ou encore délinquants, ce sont eux « Les élus » de l'auteur suédois, qui est aussi journaliste. Ces « élus » sont enfermés dans une prison-hôpital à Vienne, en Autriche, et très peu se sortiront de cet enfer. On retrouvera certains restes formolés de 789 d'entre eux, restes conservés pour servir la « science » : ils ont été euthanasiés sur ordre de Berlin... Mais ce sont les administrateurs du Spiegelgrund qui font les propositions d'euthanasie au régime nazi, car nous sommes en 1941. C'est pour les besoins du régime que l'ancien hospice a été transformé en centre de soins et de redressement pour des jeunes, enfermés là sur requête de leurs parents, croyant les voir soigner, ou arrêtés par les autorités. On suit dans le roman le parcours de certains enfants et également le travail des médecins et des infirmières. Adrian Spiegler, qu'on accompagne tout au long du livre, est un des rares pensionnaires qui arrivera à s'évader. Les adultes seront jugés après la Deuxième Guerre mondiale et quelques-uns ne seront pas condamnés et feront des recherches reconnues sur les restes des enfants. Ce ne sera pas le cas de l'infirmière Anna Katschenka : elle ira en prison, malgré ses arguments voulant qu'elle n'ait fait qu'obéir aux ordres. Et la vie d'Adrian ne sera pas des plus roses...

À la lecture de ce roman, on a l'impression que son auteur s'est fort sérieusement documenté. Roman donnant la chair de poule et nous faisant douter de l'humanité...
Les Empocheurs Yves Beauchemin Johanne Laramée
Les Empocheurs
Yves Beauchemin
COTE

Disponibilité >>
Critique: Johanne Laramée
Date: Novembre 2016
Jérôme Lupien vient de diplômer de l’Université et décide de prendre une année sabbatique. Victime de deux fraudes, il part en vacances à Cuba, décidé à trouver du travail à son retour. Il y fera la rencontre de Félix, un jeune homme qu’il défendra en blessant son agresseur et d’Eugénie, jeune mère monoparentale dont il deviendra amoureux.

Revenu à Montréal, il se cherche du travail et est approché par la mère de Félix qui, pour le remercier d’avoir défendu son fils, lui présente son mari afin qu’il lui offre du travail. Il sera alors mis en contact avec un milieu qu’il ne connaissait pas, celui du lobbying, de plein d’arnaques et de politicailleries.

Regard sur les dessous de la politique et de la corruption vu par les yeux d’un auteur à l’imagination débordante. Certains noms de personnes connues du monde politique actuel sont nommés et beaucoup, sous le couvert d’une autre identité, sont caricaturés et facilement reconnaissables. Beaucoup d’action, beaucoup de dialogues et peu d’introspection des personnages, mais un rythme soutenu qui dévoile ici les dessous de la Commission Charbonneau et offre une finale étonnante mettant en relief les craintes de l’auteur sur l’avenir de la langue française au Québec. Et si tout cela était possible?
Calendrier des activités
<janvier 2018>
31123456
78910111213
14151617181920
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10