Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > À la découverte d'auteurs méconnus

À la découverte d'auteurs méconnus

Découvertes littéraires au fil de mes visites à la bibliothèque municipale

9 juin 2017
Dieu merci, c’est vendredi! Après une semaine un peu folle, je n’attends que ce moment pour me réfugier à la bibliothèque. Quel bonheur que ces quelques heures justes pour moi! Cette fois-ci, je décide de laisser faire le hasard pour découvrir des livres d’auteurs dont je n’ai jamais entendu parler.

Le premier nom qui m’accroche : Caroline Grimm. Britannique, sans doute, surtout avec cette cabine téléphonique rouge très anglaise sur la couverture de Churchill m’a menti. Mais non, elle est Française. Le roman, dont l’action se déroule à Jersey, est basé sur des faits historiques méconnus : l’invasion des îles anglo-normandes par les Allemands qui y ont installé des camps de concentration pour les Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Je suis ensuite attirée par le nom de Rennie Airth qui apparaît sur la tranche de deux romans : La marée sanglante et Un fleuve de ténèbres. L’auteur est Sud-Africain, mais ses polars se déroulent en Grande-Bretagne, dans les années 1920, et mettent en vedette le même inspecteur, Ken Madden. Le premier de cette série, Un fleuve de ténèbres, a remporté le Grand prix de la littérature policière en 2000.

Maria Oruna, elle, est Espagnole. Le port secret est le tout premier roman de cette avocate, elle aussi inspirée par la guerre. Cette fois, cependant, il s’agit de la guerre civile espagnole. Un jeune Anglais quitte Londres pour aller retaper la grande demeure héritée de sa mère espagnole afin d’en faire un hôtel. Durant les travaux, le cadavre momifié d’un bébé est découvert puis plusieurs assassinats surviennent dans le village. Hum… j’adore ces histoires qui ont des ramifications dans le passé.

Le passé, c’est aussi ce qui vient hanter les personnages des deux romans de Paul Lynch que je repère ensuite. Dans La neige noire et Un ciel rouge, le matin, l’écrivain irlandais promène ses personnages entre les États-Unis et le comté de Donegal où ils tentent de revenir pour s’y établir ou qu’ils doivent fuir.

Un autre nom d’auteur m’attire : Leon Rooke. Je découvre qu’il s’agit d’un grand auteur canadien d’origine américaine qui a déjà remporté le prix du Gouverneur général et est membre de l’Ordre du Canada. Son œuvre comprend de très nombreux titres, mais seuls deux d’entre eux sont traduits en français : En chute libre et Gentil bébé.

Le nom de l’auteure de L’hôtel des cœurs en miettes, Deborah Moggach, m’est aussi totalement inconnu. Selon la quatrième de couverture, l’histoire des personnages qui s’entrecroisent dans un hôtel du Pays de Galles est racontée avec cette touche d’humour britannique qui me plaît beaucoup. Et hop! un autre livre dans ma cueillette du jour.

Pourquoi pas un petit dernier? Ce sera Hélène Gestern et son livre L’odeur de la forêt qui raconte l’enquête d’une historienne de la photographie pour résoudre une énigme littéraire datant de la Première Guerre mondiale.

Et voilà! C’est vendredi, je lis.