Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > C’est le temps des vacances : destination lecture!

C’est le temps des vacances : destination lecture!

Des suggestions au fil de mes visites à la bibliothèque municipale

8 juillet 2016
En fin de semaine, je prends la route des vacances! Destination? Inconnue! « Le bonheur n’est pas une destination, mais une façon de voyager… » En ce matin qui précède mon départ, j’adhère tout à fait à cette maxime de Margaret Lee Bunk, et j’ajoute que la façon de voyager est pour moi indissociable d’une bonne provision de livres… Ainsi, je prévois suivre le fleuve jusqu’à la mer, en faisant des haltes selon l’envie du moment, au fil de mes lectures. Premier arrêt : la bibliothèque, bien sûr!

J’entre à la bibliothèque en me sentant investie d’une mission. Cela n’est pas chose facile de choisir les livres qui me guideront doucement vers la détente et le ressourcement. Il faut faire des choix judicieux!

Je choisis tout d’abord Dix jours de rêve pour son titre attrayant et aussi parce que j’ai déjà lu plusieurs titres de Nicole de Buron et que j’aime son univers humoristique. Rire me fera du bien! Avec les mêmes critères – le titre et l’humour - je choisis  L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea. Je ne connais pas Romain Puértolas, mais je me dis que l’originalité du titre à elle seule justifie l’emprunt!

J’ai entendu parler du [Le]  facteur émotif de Denis Thériault. En cette époque de suprématie du courrier électronique, je repense avec nostalgie aux correspondances manuscrites de jadis (qui n’aime pas recevoir une « vraie » lettre par la poste?). Sachant que l’auteur a remporté le prix Canada-Japon en 2006 et que j’ai un faible pour les romans épistolaires, c’est une lecture qui augure bien.

Les quatre saisons de l’été relate quatre histoires d’amour, de couples de différentes générations, sur un fond de bord de mer.  J’ai lu plusieurs livres de Grégoire Delacourt, dont La liste de mes envies, un de mes préférés, et je trouve qu’il a un don unique pour raconter de belles histoires, à la fois simples et réalistes, mais toujours empreintes de poésie, et desquelles exhale un sentiment de plénitude qui nous envahit au fil de la lecture.

Pour m’inspirer le long de mon périple fluvial, je choisis aussi Nous étions le sel de la mer de  Roxane Bouchard et Sur la 132  de Gabriel Anctil. Lire québécois lorsqu’on parcourt le Québec est à mon avis une condition sine qua none du succès d’un road trip!

Bien entendu, je profiterai de ces jours de liberté – d’oisiveté! – pour lire enfin les pavés au succès retentissant, mais qui peuvent paraître rebutants lorsqu’on manque de temps. En début de liste trônent Il est avantageux d’avoir où aller d’Emmanuel Carrère et Le fils de Philip Meyer. Devrais-je ajouter L’équilibre du monde de Rohinton Mistry? On qualifie ce roman d’une œuvre magistrale sur l’Inde d’aujourd’hui…

Quoi de plus inspirant que le soleil italien pour se mettre en mode farniente et s’imprégner de la chaleur estivale? Je lirai aussi Mille jours en Toscane  qui est la suite de Mille jours à Venise (quelle histoire romantique!). Comme Peter Mayle avec Une année en Provence, la plume de la critique gastronomique Marlene Di Blasi fait littéralement saliver son lecteur. Et j’ai le grand bonheur de trouver sur les rayons Le nouveau nom d’Elena Ferrante, la coqueluche littéraire napolitaine que les lecteurs francophones découvrent avec ravissement. Il s’agit de la suite de la trilogie L’amie prodigieuse. La perspective de cette lecture m’enthousiasme, car je l’attendais depuis un moment!

Je bouquine parmi les romans policiers. Tout lecteur envisageant de s’installer à la plage doit impérativement se prémunir d’un polar. C’est simplement mon avis de lectrice. Évasion garantie… J’hésite entre deux titres. Les nuits de Reykjavik de l’Islandais Arnaldur Indridason, dont un exemplaire a fait le tour de mes collègues au cours des derniers mois et a récolté un avis général selon lequel il s’agirait du meilleur épisode des enquêtes du commissaire Erlendur. Le deuxième est Femmes sur la plage de Tove Alsterdal, dont je ne sais absolument rien, mais dont le titre s’apparente bien à ma thématique de vacances. J’emprunte les deux, évidemment.

Un autre ingrédient primordial pour réussir un séjour littéraire est d’incorporer une petite dose philosophique. Dans cet esprit, je choisis Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle. Le personnage principal, Jonathan, fait une rencontre troublante qui le mènera à la découverte de lui-même et l’incitera à réfléchir sur le sens de sa vie. En feuilletant le roman, je lis un extrait au hasard : « Si chacun de nous était conscient de l'immense valeur qui est la sienne, c'est toute la face du monde qui serait changée ». Certes un bon sujet de réflexion pour les vacances. Je l’emprunte...

Pour terminer, l’indispensable livre-audio pour la route… par l’auteur devenu emblématique des vacances : Elle & lui de Marc Lévy. Et le mythique Sur la route de Jack Kerouac.

Mission accomplie! Avant de quitter, je vais m’installer avec un café pour prendre connaissance des arrivages de revues. Un nouvel abonnement attire mon attention : Rando Québec, dont le numéro courant porte sur la thématique « Au fil de l’eau »… heureuse coïncidence! Je vais y jeter un coup d’œil.

C’est vendredi et je suis prête à partir sur la route… au hasard des découvertes et de mes lectures!