Vous êtes ici :
 
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > La saison des polars débute… vive l’automne!

La saison des polars débute… vive l’automne!

Découvertes littéraires au fil de mes visites à la bibliothèque municipale

30 septembre 2016
Je suis entrée à la bibliothèque comme lorsque l'on se sent projeté dans une autre saison : en coup de vent, surprise par la pluie froide et le temps gris d’octobre qui s’annonce déjà.

À l’intérieur, l’ambiance est sombre et feutrée. Les conversations se font à voix basse et les gens se déplacent lentement. À l’instar de l’automne qui nous oblige à délaisser subitement nos habitudes estivales, j’ai envie de me sortir de mes lectures habituelles pour m’immiscer dans un autre genre littéraire. Je me dirige donc vers la section des romans policiers qui présente un condensé d’histoires à haute dose de suspense et d’adrénaline. Cela se voit à l’œil… les rangées se déclinent en une suite de pavés aux couvertures noires et écritures cramoisies. Je crois que je suis dans le bon secteur pour mes recherches. Comme beaucoup de gens, après le tourbillon de la rentrée, je ressens le besoin de m’évader et de me libérer l’esprit. Me plonger dans une bonne histoire, avec de l’action et des sensations fortes me libérera à coup sûr de l’emprise du quotidien pour quelques heures.

Je feuillette un roman et cela me rappelle le thriller psychologique troublant dont j’avais débuté la lecture sous l’éclairage vacillant d’une chandelle lors d’une panne électrique au printemps dernier : La fille du train. Cette histoire avait monopolisé mon attention instantanément, me faisant oublier illico la noirceur environnante. Je m’étais sentie happée par le rythme haletant du récit, attirée dans un univers de doute où réalité et illusion se confondent sans fin. Ce roman de Paula Hawkins a fait sensation à travers le monde entier et son adaptation cinématographique sera à l’affiche dès la semaine prochaine. À lire absolument!

Je crois que je viens de faire une découverte du même calibre avec Runner. Je me souviens de ce titre recommandé par une collègue. Elle avait aimé ce premier roman de Patrick Lee qu’elle décrivait comme un thriller puissant, un livre que l’on ne peut déposer avant d’avoir enfin dénoué l’intrigue. Le quatrième de couverture présente les deux protagonistes comme deux êtres traumatisés, propulsés dans une course infernale et qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Chasse à l’homme, complot, technologie et une dose de paranormal… une écriture enlevante et visuelle. Ça y est, je suis déjà accrochée. J’emprunte!

Un autre titre capte mon intérêt : Le temps est assassin de Michel Bussi. J’avais beaucoup aimé son roman précédent, Nymphéas noirs, dont l’intrigue se déroulait à Giverny. Cette fois, l’histoire se déroule en Corse et c’est le coup de foudre assuré puisque Michel Bussi, géographe de formation, possède l’art de camper le décor. Ce roman se déroule en deux temps, ou plutôt en deux étés, l’un en 1989 durant lequel un accident tragique s’est déroulé, l’autre en 2016, quand la seule survivante de l’accident revient sur les lieux pour exorciser le passé. Encore une fois impossible de poser le livre avant de connaître la fin… Note à moi-même : réserver du temps à l’agenda pour lire!

Ravivée par ces belles trouvailles, je me rends prestement dans le hall pour bouquiner parmi les nouveautés. Je remarque d’emblée Les voies de la disparition, le dernier livre de Mélissa Verreault dont les médias ont beaucoup parlé dernièrement. La jaquette précise que ce roman « dessine une géographie de la fuite ». Il ne s’agit nullement d’un roman policier, l’éditeur décrivant plutôt le roman comme un enchevêtrement d’amour et d’humanité. Pourtant, il sera question de terroristes en cavale, d’attentats, de disparitions… et mon flair de lectrice perçoit un lien certain avec ma quête d’action et d’émotions fortes!

Quoiqu’il en soit, je viens de mettre la main sur un roman complètement différent. Nature morte aux miettes de pain. Écrit par Anne Quindlen, une journaliste américaine récompensée par le Pulitzer, il raconte la vie de Rebecca, une icône féministe des années 1970 qui quitte Manhattan pour réinventer sa vie à la campagne et retrouver l’inspiration qui avait fait sa gloire artistique jadis. Même si la vie champêtre ne sera vraisemblablement pas toujours idyllique, elle sera néanmoins pleine de belles surprises... et d’amour! Un roman plein de charme et d’optimisme, à ce qu’il paraît. Précisément ce dont j’ai besoin pour décompresser de mes polars angoissants…

Et pour terminer sur cette mer de tranquillité, voilà que j’aperçois un titre de Vanessa Greene qui complète – Ô si bien! - ma liste de lecture de la semaine dernière. L’île des nouveaux jours porte sur l’amitié et les secondes chances de la vie. L’histoire se déroule sur une île grecque, où trois amies ouvrent une maison d’hôtes qui va changer leurs vies… Assurément un titre à insérer dans la liste « Lire la Grèce et rêver de ciel bleu azur »!

Plus que satisfaite de mes provisions littéraires, je fais tranquillement la file au comptoir de prêts en me laissant emporter par le tourbillon des intrigues qui seront miennes tout au long de la semaine.  Il y a des jours comme ça où on a le bonheur facile. Le temps est morose, mais j’ai devant moi une pile de livres inspirante et un beau week-end en perspective.

C’est vendredi et je lis!

Calendrier des activités
<janvier 2018>
31123456
78910111213
14151617 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10