Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > Lectures gourmandes pour un grand week-end aux effluves d’automne

Lectures gourmandes pour un grand week-end aux effluves d’automne

Suggestions de lecture au fil de mes visites à la bibliothèque municipale.


Qu’il a fait beau cette semaine! Un temps idéal pour célébrer l’Action de grâce. En prévision d’une fête de famille, je suis à la recherche d’idées originales pour un repas collectif à thématique de courges. Me voici donc à la bibliothèque, dans la rangée des livres de cuisine et je fais de belles découvertes, à commencer par Histoire, petites histoires, recettes… la citrouille qui regorge d’idées inspirantes pour mettre à l’honneur cette cucurbitacée aux teintes orangées. Potage servi dans le potiron, salade de citrouille aux arachides, raviolis à la citrouille… Plusieurs recettes proposées sont innovantes et proposent des reconstructions contemporaines et alléchantes. Dans Bonjour, cupcake!, j’ai repéré un projet de champ de citrouilles en petits gâteaux qui ajoutera une touche festive à ma table et qui pourrait bien marquer le début d’une tradition automnale... Et coup de cœur absolu pour ce titre étonnant qui amusera mes invités dès leur arrivée : Pains hérissons : l’apéro à partager. Des bouchées irrésistibles!

Mon bouquinage me met en appétit, il y a tant de beaux livres et tellement de recettes inventives! Il faut dire que cuisiner en s’inspirant des grands chefs recueille la ferveur populaire actuellement. Publications imprimées, blogues, émissions, sites web… la passion gastronomique s’immisce aussi en littérature, réussissant même l’exploit de se hisser au sommet des palmarès. On n’a qu’à penser à la série de Nathalie Roy, La vie épicée de Charlotte Lavigne, à Julie et Julia : sexe, blog et bœuf bourguignon de Julie Powell ou encore à Cupcake club de Donna Hauffmann.

J’ai découvert dernièrement quelques autres sagas qui font l’éloge de la bonne chère et qui donnent indéniablement envie de cuisiner (ou de sortir au resto!). La première est de Julia Glass, Refaire le monde. L’histoire tourne autour de la chef pâtissière Greenie, dont les fabuleuses tartes s’avèreront le sésame la propulsant dans une toute nouvelle vie. Intrigue bien ficelée et personnages attachants… Une lecture gourmande qui donne envie de goûter aux merveilles sucrées évoquées!

Même scénario avec L’école des saveurs de Erica Bauermeister. Lilian a fait la promesse de se consacrer à la gastronomie si elle réussissait à redonner le goût du bonheur à sa mère. Quelques années plus tard, l’objectif est atteint et la voilà devenue chef de son propre restaurant. Fière de ses accomplissements, elle propose des ateliers de cuisine chaque lundi. Un peu à la manière des émissions de téléréalité où l’on observe l’évolution des chefs en devenir, le roman nous amène à faire connaissance avec les élèves de Lilian et nous suivons leurs tribulations avec délectation au fil des semaines. Des portraits saisissants présentés dans une écriture poétique pour célébrer le plaisir gustatif des saveurs, des parfums, des textures, des odeurs… Un roman bien choisi en cette saison d’abondance.

Pour poursuivre dans la même veine, j’ai trouvé le livre d’Agnès Desarthe, Mangez-moi,  qui  relate lui aussi l’ouverture du restaurant de Myriam qui, pour éviter la faillite et assurer sa subsistance, décide de réinventer sa vie en cuisinant pour les autres. La cuisine de cette cuisinière atypique et sa personnalité fantaisiste transformeront rapidement son restaurant en un milieu de vie chaleureux, un rendez-vous incontournable dans le quartier. Un roman qui parle de cuisine, mais aussi de relations humaines… Nous sommes dans l’envers du décor.

Pour terminer cette moisson littéraire foisonnante, j’emprunte un dernier roman, La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan. On m’en a parlé comme d’un livre réconfort, une histoire qui se lit en douceur et qui plonge le lecteur dans un cocon douillet.  Après tout, est-il quelque chose de plus revigorant que l’odeur du bon pain chaud? Enveloppée par cette réflexion qui sent bon le beurre et la cannelle, je vais m’installer dans mon fauteuil préféré avec une tasse fumante et odorante. J’ai à faire, car il y a de nombreuses revues de cuisine à feuilleter ce mois-ci (Zeste présente un dossier « La courge de l’entrée au dessert » et Country Living son cheesecake nouveau genre à la citrouille… il donne littéralement l’eau à la bouche)!
Miam et re-miam! Voilà que j’ai en tête de lire le grand succès de Joanne Harris. Chocolat, bien sûr! À 12 millions d’exemplaires, je ne serai assurément pas la seule à le relire et à ressentir à nouveau les effluves épicées du chocolat divin transportées par la magie de mots…

Et pour pousser la note épicurienne, je pourrais poursuivre avec le merveilleux livre Épices, tout en photographies, de Manisha Gambhir Harkins – un délice pour les yeux! - ou encore emprunter ce roman recommandé par la ibliothécaire, En cuisine de Monica Ali.

Le menu est illimité. Il y a de quoi composer un véritable festin littéraire!


Je savoure le moment, car c’est vendredi, je lis…

Et bon appétit aux lecteurs fins gastronomes!