Vous êtes ici :
 
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > Lectures intrigantes

Lectures intrigantes

Des suggestions de lecture au fil de mes visites à la bibliothèque municipale.

27 mai 2016
C’est en feuilletant distraitement un vieux numéro de Châtelaine oublié sur un fauteuil  de la bibliothèque que j’ai découvert Louise Penny, cette écrivaine anglo-québécoise, dont les romans ont été traduits en 25 langues. Elle a remporté de nombreux prix, dont 5 fois le prestigieux Agatha Christie Award et l’Ordre du Canada pour sa contribution exceptionnelle à la mise en valeur des Cantons de l’Est. Elle fait maintenant rêver des millions de lecteurs à travers le monde grâce au petit village fictif de Three Pines, où chacun souhaiterait flâner pour rencontrer le sympathique enquêteur Armand Gamache. Alors que les amateurs attendent déjà avec impatience la parution du prochain tome, j’ai le bonheur de débuter la série. Je pourrai donc lire la dizaine de titres déjà publiés en rafale, à commencer par En plein cœur. Quant à Agatha Christie, la visite d’une exposition en son honneur  m’a vraiment donné le goût de poursuivre la lecture de son œuvre. Cette semaine, j’opte pour l’énigmatique Un cadavre dans la bibliothèque et ensuite, ce sera assurément Le crime de l'Orient Express pour voyager avec les mots. Le choix est varié, puisqu’elle a publié 66 romans! Il y a une aura de mystère surannée qui se dégage de ces intrigues du siècle dernier. Mais cela contribue à faire opérer la magie de la plume de Dame Christie. Ce n’est pas sans fondement qu’on la surnomme la reine du crime.

Est-ce l’actualité littéraire ou le brouillard ambiant qui me fait focaliser sur le polar cette semaine? On annonçait dimanche que le prix Ténébris (récompense le meilleur roman en littérature policière de langue française distribué au Québec) venait d’être décerné à Luc Chartrand pour son roman L’affaire Myosotis. J’ai entendu parler de ce thriller qui se déroule au Moyen-Orient comme d’un roman époustouflant, inoubliable. Depuis, je veux absolument le lire et je constate qu’il se trouve actuellement devant mes yeux… dans les rayons. Je profite du calme de la bibliothèque pour en lire quelques pages sur place. Le sujet me remet aussitôt en tête Les chroniques de Jérusalem du bédéiste Guy Delisle et les mots de Luc Chartrand me transportent dès lors dans un référent animé. Lectrice conquise…

Après le tapage publicitaire qui a entouré la parution d’une suite à la trilogie Millenium de feu Stieg Larsson, je suis aussi curieuse de lire Ce qui ne me tue pas – Millénium 4 de David Lagercrantz. J’ai bien hâte de constater s’il y a continuité dans le processus d’écriture ou si on sent le changement d’écrivain.

L’automne dernier, nous apprenions aussi le décès du romancier suédois Henning Mankell, et donc, la fin des enquêtes de Kurt Wallander. Le premier titre de la série de Kurt Wallender, Meurtriers sans visage, date de 1993 et les suites se succèdent jusqu’en 2010. Ce sont des plaisirs de lecture assurés. Une de mes amies, lectrice inconditionnelle de Mankell, me conseille vivement de lire Jo Nesbø qui est, à son avis, un grand maître du polar scandinave. À tout hasard, je choisis Le fils, dont je me rappelle avoir lu une critique. Et il y a aussi Camilla Läckberg avec sa série Erica Falck et Patrik Hedström que j’aime beaucoup à cause de la complexité des personnages et du cadre familial sous-jacent à l’intrigue. Il y a deux histoires qui se tissent en parallèle. Une enquête qui est spécifique à chaque titre, mais une histoire globale qui se poursuit au fil des romans. Idéalement, il faut débuter par La princesse des glaces.

Pour rester dans la veine dramatique, la bibliothécaire me conseille le suspense un peu labyrinthique de La vérité sur L’affaire Harry Quebert. Elle-même a été séduite par l’intrigue qui se renouvelle sans cesse et qui laisse le lecteur perplexe jusqu’à la dernière page.  D’ailleurs, j’ai moi aussi expérimenté ce procédé d’écriture particulier de Joël Dicker pour tenir le lecteur en haleine avec Le livre des Baltimore. J’aime bien les romans-fleuves, surtout lorsque l’histoire s’étale sur différentes époques. C’est pour cette raison que j’attends avec impatience de lire City on fire, la fameuse brique de Garth Risk Hallberg évaluée à plusieurs millions de dollars avant même sa parution! Il semble que je sois la prochaine sur la liste…

Je passe au comptoir enregistrer mes prêts et réserver La femme aux fleurs de papier, un policier de Donnato Carrisi dont j’ai entendu parler lors d’une conférence à la bibliothèque. Ensuite? Je m’installe dans mon fauteuil préféré et inspirée par le brouillard que je m’imagine vénitien, j’en profite - café à la main - pour découvrir Donna Leon et son commissaire Brunetti… dont j’ai vu quelques épisodes à la télé récemment. La bibliothèque est comme un havre de paix en ce début de matinée. Quel bonheur de terminer la semaine ainsi!

C’est vendredi et je lis!


Calendrier des activités
<janvier 2018>
31123456
78910111213
1415161718 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10