Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > Lire la Grèce et rêver de ciel bleu azur

Lire la Grèce et rêver de ciel bleu azur

Suggestions de lecture au fil de mes visites à la bibliothèque municipale.


Cette semaine, j’ai reçu un livre en cadeau : Le quatrième mur de Sorj Chalandon. Le quatrième mur, c’est cette frontière translucide qui trace la ligne entre les mondes réel et imaginaire. C’est l’illusion du théâtre.

Sorj Chalandon, ancien journaliste au journal Libération, a écrit plusieurs romans récompensés par des prix prestigieux, dont justement, Le quatrième mur qui a reçu le Prix des Libraires du Québec en 2014 et le Goncourt des Lycéens l’année précédente. J’ai compris pourquoi après en avoir lu seulement quelques pages : il s’agit d’un véritable livre « coup de poing » dans lequel il est question de mettre en scène la pièce de théâtre Antigone… à Beyrouth, avec une troupe de comédiens issus de confessions différentes, histoire de proposer une trêve poétique de quelques heures à la guerre… Mais pourquoi Antigone, me suis-je demandée? Cette héroïne de la tragédie grecque est bien loin de mon quotidien actuellement… Je me souviens vaguement avoir lu Sophocle jadis, mais sans plus. Néanmoins, cela m’intrigue de savoir que des étudiants aient été touchés par un texte moderne reprenant un mythe ancien jusqu’au point de lui décerner la plus importante récompense littéraire.

Ainsi, direction bibliothèque : je dois absolument relire Antigone!

En cherchant le titre au catalogue, je constate qu’en plus du texte original de Sophocle, il existe plusieurs réécritures de ce mythe au fil des siècles. Comme des poupées russes s’emboîtant les unes dans les autres, Le quatrième mur contient plusieurs couches d’histoires. Il y a d’abord le mythe antique, l’interprétation qu’en a fait Jean Anouilh durant la deuxième guerre mondiale, puis le roman lui-même qui raconte la mise en scène d’Antigone à Beyrouth, en 1982… et finalement, le regard contemporain que pose le lecteur sur cette succession de miroirs. Intéressant comme expérience de lecture!

Afin de poursuivre sur cette piste, j’emprunte également Le roman de Xénophon. Son auteur, Takis Théodoropoulos redonne vie au Parthénon et fait descendre de leur piédestal Platon et Socrate afin de les transformer en héros d’une intrigue politique moderne. J’ai remarqué ce roman sur l’étalage des Coups de cœur alors que je réfléchissais encore à ma ribambelle d’Antigones. C’est la beauté du bouquinage en bibliothèque : les livres viennent à nous!

Je prends soudainement conscience du va-et-vient autour de moi. La bibliothèque bouillonne d’activité ce matin! Férue de cette atmosphère de café, je vais m’installer ici pour entreprendre mes lectures. Surgissant d’une rangée, voilà le bibliothécaire qui me fait une ultime recommandation : Elle nage. Marianne Apostolides est une auteure torontoise d’origine grecque. Elle raconte l’histoire d’une femme se retrouvant en Grèce au mitan de sa vie. S’amorce alors une introspection qui l’amène à nager 39 longueurs pour réfléchir aux 39 années de sa vie… et cela donne 39 textes à la concision et au rythme parfaits. Il s’agit d’un très court roman, que je qualifierais justement de longueur parfaite pour un après-midi douillet à la bibliothèque!

Délaissant mes réflexions littéraires, je me mets à rêver d’un ciel bleu azur et de la mer d’Égée… Je me dirige aussitôt vers la section des guides de voyage pour m’imprégner de la Grèce avant de débuter mes lectures. Je dois avouer que le guide Grèce : Athènes et le continent est plutôt invitant à cet effet! Une vraie carte postale… De même, j’ai aussi trouvé un livre de recettes fort inspirant pour la fin de semaine qui débute, Mezé de la cuisine grecque : recettes faciles pour petites délicatesses méditerranéennes. Ajoutons un bon vin de Santorin, une fin d’après-midi ensoleillée, quelques amis sur la terrasse et la pause apéro sera parfaite! Mon conseiller? Un sommelier à votre table : 500 vins à découvrir, 50 sommeliers incontournables, 50 restos au cellier exceptionnel.

Et si pour boucler la boucle de ce référent hellénique, j’empruntais aussi le film Mamma Mia, question de conclure la tragédie grecque sur une note musicale enlevante? Je constate qu’il est disponible sur les rayons… Vraiment tentant!

C’est vendredi et je lis...