Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > Romans d’amour pour la Saint-Valentin

Romans d’amour pour la Saint-Valentin

Découvertes littéraires au fil de mes visites à la bibliothèque

10 février 2017
Ce matin, j’ai reçu un courriel de la bibliothèque m’avisant qu’un livre était disponible à mon intention. Belle coïncidence puisque vendredi est rituellement pour moi déclaré jour de bibliothèque! Le titre est Les pierres bleues. Il s'agit d'un roman québécois. Une belle histoire d’amour qui remonte à un serment fait jadis… et l’échange de pierres pour marquer le lien et la possibilité de se retrouver un jour. Sur la couverture du livre, un cœur rouge… J’ai le sentiment d’avoir trouvé le livre parfait  à l’approche de la St-Valentin.

Justement, j’ai remarqué à l’entrée une sélection de livres en lien avec la fête de l’amour. L’élixir d’amour d’Eric-Emmanuel Schmitt est un livre que je n’ai pas encore lu, bien que j’aie apprécié déjà plusieurs titres de cet auteur. Selon le quatrième de couverture, c’est l’histoire d’anciens amants qui gardent le contact avec le passé par le biais d’une relation épistolaire. Cela me rappelle que je veux lire 84, Charing Cross de Helene Hanff, qui décrit aussi une relation épistolaire entre une bibliophile américaine et un libraire anglais. Sur un tout autre registre, j’ai lu récemment une autre belle histoire d’amour qui tourne autour de la passion pour la lecture. C’est un roman de la Suédoise Katarina Bivald, La bibliothèque des cœurs cabossés. Ce livre se lit avec la légèreté d’une comédie romantique et prédispose agréablement à la détente. J’ai trouvé bien sympathique le contexte de départ de l’intrigue qui est initiée – comme dans 84, Charing Cross, par une correspondance outre-mer.

Un autre titre que je veux emprunter est Mille jours à Venise par Marlena de Blasi. Quoi de plus romantique qu’une histoire d’amour (vraie, de surcroît!) qui prend naissance aux abords du Grand canal de Venise? Également, Petit guide sentimental de Venise, par un auteur – Paolo Barbaro - qui déclare aimer sa ville plus que tout au monde… voilà qui s’annonce captivant.

Tandis que je le feuillette, un commis dépose sur le rayon un titre qui attire mon regard : une réédition en format poche des [Les] oiseaux se cachent pour mourir de Colleen McCullough. La St-Valentin est assurément le meilleur moment pour relire cette grande fresque sentimentale… d’autant plus que l’évocation des terres brûlantes d’Australie, même en mots, amène un réconfort bienvenu avec le froid qui s’annonce pour la fin de semaine. Pour rester dans le registre amoureux, j’ajouterais J’adore Rome, un roman hilarant d’Isabelle Laflèche et aussi un titre « dessert », Passion chocolat : l’étonnante aventure du cacao par Geneviève Grandbois. Et pour qui souhaite plutôt une déclaration d’amour à la littérature, je recommande vivement Les vies de papier de Rabih Alameddine… un roman qui célèbre les livres et l’érudition. Envoûtant!

Heureuse de cette belle sélection, je m’installe pour lire ce premier roman de Luis Sepulveda devenu « classique » en une vingtaine d’années : Le vieux qui lisait des romans d’amour. Après tout, une petite touche d’humour se marie bien avec la thématique de l’amour…

C’est vendredi et je lis!