Vous êtes ici :
Vous êtes ici : Vie Animée > Bibliothèques > Suggestions de lecture > L’Abonnée du vendredi > Un tourbillon de livres pour le Festival Feu et Glace

Un tourbillon de livres pour le Festival Feu et Glace

Découvertes littéraires au fil de mes visites à la bibliothèque

3 février 2017
J’arrive de l’Ile-Lebel. Panorama magnifique en ce début de mois qui annonce les festivités à venir du festival Feu et Glace. Il y a de la neige, il fait soleil! J’ai fait une promenade énergisante! J’entre à la bibliothèque, un peu engourdie par le froid, mais complètement détendue. Décidément, prendre l’air par temps froid fait du bien!

Cette semaine, je lirai sur l’hiver, certainement parmi les sujets de conversation de prédilection pour les Québécois. Pensons aux propos du journaliste Alain Dubuc dans Maudit hiver : toutes les raisons de ne pas l'aimer. Peut-être serais-je mieux disposée à le lire si le printemps tarde (Phil la marmotte a-t-elle vu son ombre ou non?), mais pour le moment, je suis en parfaite symbiose avec la belle saison blanche et ses flocons scintillants. J’emprunte Aniu : du flocon de neige à l'iceberg qui est un superbe livre illustré de Bernard Voyer. Un amour inconditionnel pour l’hiver! Et pour qui s’intéresse à la beauté symétrique et complexe des flocons de neige, il faut absolument lire et admirer Flocons de neige : la beauté secrète de l'hiver de Kenneth Libbrecht. Un autre beau livre qui encense la saison hivernale et la nordicité est Objectif Nord : le Québec au-delà du 49e parallèle de Serge Bouchard.

Pour faire une sélection de romans dont l’intrigue se déroule en plein cœur de l’hiver, je consulte le bibliothécaire. Il me propose plusieurs livres aux titres éloquents, dont Le poids de la neige, une nouveauté de l’auteur québécois Christian Guay-Poliquin. Pour un suspense assuré, j’ai en main Le mercato d'hiver de Philip Kerr, l’auteur de la Trilogie berlinoise. Et si vous êtes plutôt du camp réfractaire à l’hiver, il y a Un sale hiver, un polar de Sam Millar.

Je discute de ma sélection avec la commis qui enregistre mes prêts. Souriante, elle me recommande un livre de Jean O’Neil qu’elle-même vient tout juste de terminer. Il s’intitule Hivers. C’est en quelque sorte une ode à l’hiver, à travers de courts textes basés sur les souvenirs de l’auteur. Il paraît que c’est une lecture qui permet de se réconcilier avec cette saison.

Juste avant de ressortir au froid, je ne peux m’empêcher d’ajouter un livre qui complète parfaitement ma liste de lecture : Bonshommes de neige : créatures neigeuses et autres projets d'hiver. Quelle belle découverte! Voilà certainement le livre qu’il me fallait pour m’imprégner de l’esprit du festival!

C’est vendredi et je lis… l’hiver!