Vous êtes ici :

de la Purification




Horaire régulier 2018
Du 30 juin au 26 août, les samedis et dimanches de 10 h à 17 h
Du 5 juillet au 17 août, les jeudis et vendredi de 17 h à 20 h

En raison des travaux effectués sur les fondations de l’église de la Purification, l’accès à l’édifice est impossible pour le moment. Les visites patrimoniales sont maintenues durant les travaux et des guides se feront un plaisir de vous donner de l’information sur le bâtiment et son histoire ainsi que de vous offrir des visites commentées dans le cimetière.

Horaire spécial 2018 (10 h à 17 h)
Journées de la culture : 28, 29 et 30 septembre

Église de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Située au 445, rue Notre-Dame, l’église de la Purification est la plus ancienne du diocèse de Montréal. Construite à partir de 1723, cette église est aussi l’une des plus vieilles au Québec. Lors de son érection, elle était plus petite que l’église actuelle. Elle était en forme de croix latine et possédait un unique clocher au centre de la façade. En 1850, l’église a été agrandie : la nef a été allongée par la façade, des nefs latérales ont été ajoutées et les deux clochers ont été construits. Durant la saison estivale, des visites guidées gratuites se déroulent à cette église.

Son architecture et ses œuvres d’art

Le gouvernement du Québec a classé l’église de la Purification « monument historique » en 1978. Ce statut juridique lui est attribué en raison de la représentativité de l’évolution de son architecture qui a répondu aux besoins des paroissiens de diverses époques, mais également pour l’intérêt de son décor intérieur et son importance dans le paysage. À l’intérieur de l’église se trouvent des œuvres et du mobilier témoignant de l’art religieux québécois de toutes les époques. On y retrouve entre autres des œuvres du peintre et sculpteur Philippe Liébert, de l’orfèvre Laurent Amyot, du sculpteur Louis-Amable Quévillon et de l’architecte Roger Dallaire.

L’église de la Purification possède plusieurs particularités architecturales. D’abord, l’abside à pans coupés est une caractéristique très rare au Québec. Autre élément singulier, le lieu de culte a été bâti au niveau du sol. L’église n’est donc pas surélevée et n’a pas de marche ni perron comme c’est généralement le cas. Finalement, si les églises font souvent face à un cours d’eau et à la route principale, celle-ci est plutôt parallèle. Cette position nord-sud lui offre une lumière naturelle toute la journée. À l’époque, l’église ne tournait le dos ni aux résidents du bord du fleuve ni à ceux implantés le long de la rivière L’Assomption.