Vous êtes ici :

Billet de Danielle Laurin : Livre du mois de mai 2020

L’album multicolore,  Louise Dupré, Héliotrope, 2014

album-multicolore.jpg


En ce mois de mai, mois de la fête des mères, j’ai choisi de vous parler de L’album multicolore, de Louise Dupré : un récit dans lequel l’autrice rend hommage à sa mère, qui vient de mourir à l’âge de 97 ans.

En fait, c’est autant un livre hommage qu’un livre de deuil. Le récit s’étend sur une année, l’année qui suit la mort de la mère…

C’est un livre extrêmement touchant, remuant. Il y a de la tristesse, bien sûr, mais aussi de la douceur, de l’amour, de la tendresse.

On est ici dans une bulle très intime, puisque Louise Dupré nous parle de sa mère à elle, des souvenirs qu’elle garde d’elle, des rapports qu’elle avait avec elle, de ce que sa mère lui a légué au final. Elle confie aussi qu’elle se sent coupable de ne pas en avoir fait assez pour sa mère vieillissante.

C’est donc un récit très personnel, oui, mais en même temps, c’est un livre qui atteint l’universel, qui touche au lien qui nous lie à notre propre mère, à celle qui nous a donné la vie.

Ça nous amène à nous pencher sur sa disparition à venir, ou passée, et nécessairement, sur notre propre disparition…

Bref, L’album multicolore dépasse de loin le simple témoignage. C’est le livre d’une grande écrivaine, une de nos grandes écrivaines québécoises. À la fois romancière et poète, Louise Dupré a récolté au fil des ans plusieurs récompenses littéraires, dont le prix du Gouverneur général en 2011 pour son recueil de poèmes Plus haut que les flammes. Elle a aussi obtenu pour son roman La memoria,  paru en 1996, le prix de la Société des écrivains canadiens et le prix Ringuet de l'Académie des lettres du Québec.

Pour en revenir à L’album multicolore, je l’avais lu à sa sortie en 2014 avec beaucoup d’émotion, et je dois dire que le relire aujourd’hui, dans le contexte de la pandémie, de la distanciation sociale, alors que je pourrai pas, comme plusieurs d’entre vous, prendre ma mère dans mes bras pour lui souhaiter Bonne fête des mères… cela rend mon émotion encore plus exacerbée.

Danielle Laurin
Marraine du club