Vous êtes ici :

Billet de Danielle Laurin : Livre du mois de mars 2020

Querelle de Roberval, Kevin Lambert, Héliotrope, 2018

Dès le début, pas de faux-fuyant. C’est cru, yeux chastes s’abstenir. Ça commence raide. On n’a encore rien vu. Ça va dégénérer dangereusement.

Le deuxième roman du jeune Kevin Lambert, Querelle de Roberval, sous-titré Fiction syndicale, nous transporte au milieu d’un conflit de travail duquel personne ne va ressortir indemne.

Tandis que la grève dans une scierie de Roberval s’éternise, chacun campe davantage sur ses positions. Le fossé s’agrandit entre la partie patronale et les syndiqués. Plus de pourparlers possibles, les relations s’enveniment. Tous les coups bas sont permis.

La sauvagerie n’est pas exclue. La barbarie va bientôt frapper, semant la violence à tous vents. Une violence sans nom. Ça explose de partout, comme si une folie sanguinaire s’était emparée des protagonistes en furie.

Au centre de Querelle de Roberval, au milieu des grévistes, un certain… Querelle. Inspiré, du propre aveu de l’auteur né à Chicoutimi en 1992, d’un roman sulfureux de Jean Genet, Querelle de Brest, paru en 1947, qui mettait en scène un jeune homosexuel sans foi ni loi.

Querelle, Montréalais nouvellement débarqué à Roberval, assume pleinement son homosexualité. Il détonne dans le décor. Amateur d’éphèbes, il respire le désir, le sexe, le suscite, l’allume. Un peu trop au goût des pères de certains jeunes garçons de la région. Là encore, la colère, la violence seront au rendez-vous. 

Ce n’est pas tout. Entrent en jeu trois ados complètement disjonctés, tordus, drogués jusqu’à l’os. Inimaginable, ce qu’ils trament, ce qu’ils sont capables de franchir comme barrière, à croire qu’il n’y a chez eux aucune sensibilité, aucun signe d’humanité.

Alors voilà. Vous êtes prévenus. Il y a dans Querelle de Roberval des scènes incroyablement dégradantes, violentes, à la limite de l’intolérable. Mais tout cela, porté par une écriture hallucinante de justesse. Une écriture scalpel, qui n’a pas dit son dernier mot. À quand le troisième?

Danielle Laurin,
Marraine du Club

 

Vous souhaitez participer aux échanges que suscitent les billets de Danielle Laurin?

Pour en savoir davantage à propos du Club de lecture de Repentigny, cliquez ici.