Vous êtes ici :

Mot de la mairesse

La mairesse Chantal Deschamps, Ph.D.

Venez converser avec moi sur les réseaux sociaux!

icon-facebook.png     icon-twitter.png

Former pour créer un avenir collectif prometteur

À titre de mairesse et de préfète, j’ai eu l’occasion, le 16 avril dernier, de m’adresser aux membres de la Chambre de commerce de la MRC de l’Assomption ainsi qu’aux divers acteurs clés de notre communauté. Cette rencontre annuelle entre les gouvernements de proximité que sont les Villes et le milieu socioéconomique nous permet de prendre le temps de regarder le chemin parcouru et de parler d’avenir. C’est d’ailleurs dans cet esprit que j’ai livré un message sur l’importante contribution de la formation supérieure au dynamisme économique de notre territoire, notamment avec l’implantation du Centre régional universitaire de Lanaudière (CRUL). Professeure de formation et de coeur, vous comprendrez à quel point j’ai le grand honneur de présider cette institution depuis maintenant cinq ans. Le CRUL est voué à jouer un rôle majeur dans l’amélioration de l’accès à l’éducation supérieure. Il vise à donner à nos jeunes le goût d’entreprendre des études universitaires ici dans notre région, à les motiver à y travailler par la suite afin qu’en retour, ces nouveaux talents puissent soutenir nos entreprises dans l’atteinte de leur plein potentiel ! Voilà comment le CRUL agit comme un véritable trait d’union entre la région, la communauté d’affaires et le milieu universitaire. Former pour mieux créer de la richesse collective, une main d’oeuvre qualifiée, des emplois de qualité et mieux rémunérés et une région plus compétitive et attractive ! C’est comme ça que nous formerons et que nous créerons notre avenir !

Des quartiers sécuritaires

Je remercie les citoyennes et les citoyens qui ont été nombreux à prendre part à la consultation sur les limites de vitesse sur la plateforme Parlons Repentigny l’automne dernier. Invités à se prononcer sur les six mesures d’atténuation de la vitesse proposées par la municipalité, les participants ont été majoritairement en faveur de l’abaissement des limites, notamment à 40 km/h dans les rues résidentielles, et ce, en complément de l’ensemble des stratégies que nous mettons déjà en place pour la sécurité. Comme quoi, c’est l’affaire de tous ! Leur participation à cette réflexion nous a permis d’agir pour le mieux-être de la collectivité et d’appliquer une décision qui reflète l’opinion de la population pour l’atteinte d’une qualité de vie optimale, le maintien de quartiers sécuritaires et l’accroissement du sentiment de sécurité.